Articles

Le café littéraire de L’Impondérable de Youcef Zirem revient

jeudi 16 mars 2023.

Le café littéraire de L’Impondérable de l’écrivain Youcef Zirem revient après une brève interruption qui nous a parue interminable tant ce rendez-vous littéraire parisien était devenu incontournable.

Cette rencontre a lieu tous les dimanches à 18h au café restaurant L’Impondérable situé au 320 rue des Pyrénées dans le vingtième arrondissement de Paris, dans un beau quartier populaire, depuis le 17 septembre 2017.

Les nouveaux patrons du lieu Mourad et Sofiane ont continué cette belle aventure littéraire en assurant le plus chaleureux des accueils.

Un café littéraire à portée de tous, l’entrée est libre et les débats se déroulent dans le respect des différences, un exemple pour le vivre ensemble.

La convivialité et l’amitié se côtoient avec bonheur dans ce lieu grâce à la générosité de Mourad et Sofiane et au génie de l’écrivain Youcef Zirem qui anime et assure la programmation chaque semaine depuis maintenant de longues années.

Le café littéraire de l’Impondérable de Youcef Zirem est devenu un rendez-vous parisien quasi mythique, il est le seul café littéraire hebdomadaire parisien.

Beaucoup ont essayé de créer des rencontres hebdomadaires mais en vain tant il est difficile d’assurer une programmation chaque semaine, mais Youcef Zirem réussit cet exploit, écrivain prolifique populaire aimé de tous, les auteurs se bousculent pour être invités.

Beaucoup d’écrivains, plusieurs poètes, plusieurs artistes sont passés dans ce café littéraire.

Vanessa Kientz, Akli Drouaz, Claire Barré, Djoudi Attoumi, Anne-Véronique Herter, Djamal Arezki, Youcef Allioui, Ferhat Mehenni, Nacer Ait-Ouali, Mourad Bakir, Hamid Salmi, Farid Benmokhtar, Mohamed Aouine, Mennad Bounadi, Alexandra Pasquer, Brahim Hadj Slimane, Makhlouf Bouaich, Mohamed Hassani, Mohand Nait Abdellah, Messaoud Gadi, Amuqran At Yettura, Djaffar Benmesbah, Uli Rohde, Aqcic At Uqasi, Nadia Agsous, Tayeb Abdelli, Mouloud Behiche, Sonia Fatima Cherfa Turpin, Mahmoud Boudarène, Claude Georges Picard, Mika Kanane, Laurence Biava, Gérard Lambert, Ahmed Medjeber, Mohamed Ghafir dit Moh Clichy, Hamid Ait Said, Sandra Cardot, Yves Michalon, Bahia Amellal, Ghanima Amour, Azeddine Lateb, Ali Ait Djoudi, Hakime Allouche, Pierre Vavasseur, Brahim Saci, Mathilde Panot, Farida Aït Ferroukh, Hacène Hirèche, Mouanis Bekari, Kacem Madani, Lynda Chouiten, Loïc Barrière, Aumer U lamara,Tarik Mira, Ahmed Bouhlal, Sadia Tabti, Ben Mohamed, Horia Bouayad, Farid Alilat, Ahmed Ait Bachir, Akila Kizzi, Luis Dapelo, Salah Oudahar, Farid Galaxie, Hamid Challal, Ali Guenoun, Aziz Tari, Kamel Mezani, Fazia Kati, Mohand Dahmous, Madjid Hallou, Moussa lebkiri, Youcef Medkour, Madjid Benchikh, Hamza Amarouche, Sanhadja Akrouf, Jamil Rahmani, Hassane Hacini, Nafa Moualek, Arezki Metref et Mokrane Gacem, Laakri Cherifi, Sofiane Nait Mouloud, Dominique Martre, A. Wamara, Louisa B, Yasmina Hamlat, Henri Touitou, Amar Yaici, Madjid Boumekla, Malik Kazeoui, Mehdi Bsikri, Madjid Soula, Alain Mahé, Yelas, Yamina Haifi, Abdelkarim Tazaroute, Akila Lazri, Said Kaced, Kada Sabri, Rabha Aissou, Stephan Ghreener, Ahviv Mekdam, Edouard Moradpour, Hocine Redjala, Abderrazak Larbi Chérif, Lili Oz Amelie Dalmazzo, Mohand Tilmatine, Fatima Kerrouche, Akram Belkaïd, Mohand Kacioui, Nora At Brahim, Rezki Rabia, Azar N-Ath Quodia, Azeddine Idjeri, Mahmoud Boudarene, Nacer Ait Ouali, Hassani Mhamed, Muhand Nait Abdellah, Azal Belkadi, Tayeb Abdelli, Madjid Boutemeur, Masin Ferkal, Ahmed Medjebeur.

Ce sont des rencontres qui transforment, cultivent et rendent meilleur, il y règne à chaque fois une atmosphère quasi fraternelle.

Chacun peut sans tabou échanger avec l’auteur dans le respect mutuel. La qualité des échanges émerveille toujours, et l’on voudrait que cela dure et se prolonge même tard dans la nuit.

Après le débat, place à la séance dédicace, puis les discussions se poursuivent autour d’un verre ou d’un couscous.

Nous sortons de là le cœur et l’esprit remplis de lumière et nous pensons déjà au dimanche suivant, hâte d’y être.

Brahim Saci

Le Matin d’Algérie

jeudi 16 mars 2023.

Accueil

_________________________________________________

Lâaldja, un vibrant hommage à une mère lumineuse

1 mars 2023

L’écrivain poète journaliste Youcef Zirem nous revient, après « Chaque jour est un morceau d’éternité » chez Douro, « Eveiller les consciences » chez Fauves, en publiant « Lâaldja, notre mère » chez Fauves éditions et nous surprend une nouvelle fois avec bonheur en nous ouvrant les portes de son cœur.

Ce livre est l’un des plus bels hommages, l’un des plus grands messages d’amour de la littérature d’un écrivain à sa mère.

Nombreux sont les écrivains, poètes, qui ont rendu hommage à leur mère, Alexandre Dumas fils, écrit : » Si jeune que l’on soit, le jour où l’on perd sa mère, on devient vieux tout à coup »

Albert Cohen dans « Le livre de ma mère » dédie une des odes les plus merveilleuses, des plus déchirantes à sa mère, « Soyez doux chaque jour avec votre mère. Aimez-la mieux que je n’ai su l’aimer…aucun fils ne sait vraiment que sa mère va mourir ».

Christian Bobin dit dans son livre, La Part manquante, « Les mères se laissent quitter par leurs enfants et l’absence vient, qui les dévore. On dirait une loi, une fatalité… »

C’est la plume tremblante que je tente d’écrire quelques lignes sur ce livre écorché, poignant, chargé d’émotions « Lâaldja, notre mère » de Youcef Zirem, tant cette femme lumineuse ressemble à ma mère disparue.

En 2018 j’étais de passage en Kabylie et je suis allé rendre visite à la famille de Youcef Zirem, accompagné de ses frères Mohand-Chérif, Zakkaria et mon frère si Mokrane, je n’oublierais jamais la générosité de ce regard, la lumière qui jaillissait du visage de cette femme, généreuse, Na Lâaldja, la maman, nous apportant le café et des gâteaux. J’ai passé une belle après-midi mémorable à échanger avec Hadj Ali Zirem le papa, sur l’histoire et la culture, dans cette maison sereine, bénie.

Dès la première page nous sommes saisis pas cette phrase qui donne le ton au livre « À la mémoire de ma mère Lâaldja, partie rejoindre la lumière éternelle, le 21 septembre 2022, à 16h10. À la mémoire de yemma, celle qui m’a tout appris, qui m’a guidé sur les chemins de l’humanisme, pour la remercier encore une fois et pour toujours. », puis c’est une citation de Romain Gary qui ouvre le récit. « Il n’est pas bon d’être tellement aimé, si jeune, si tôt. Ça vous donne de mauvaises habitudes. On croit que c’est arrivé. On croit que ça existe ailleurs, que ça peut se retrouver. On compte là-dessus. On regarde, on espère, on attend. Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger du pain froid jusqu’à la fin de ses jours. »

Youcef Zirem perd une maman qu’il n’a pas vue depuis 17 ans, les mots s’effacent lorsqu’il faut décrire ce qui ne peut être décrit, la détresse est incommensurable, devant l’inéluctable, la destinée qui s’abat comme un couperet sur celle qu’on ne reverra jamais.

L’exil est parfois cette prison qui n’a pas de nom, elle vous sépare de tout, elle vous broie, elle vous brûle à petit feu, le sort semble alors jouer resserrant les nœuds, le souffle peine et se raréfie.

Un récit limpide comme sait le faire Youcef Zirem, et nous sommes emportés par l’onde qu’aucun récif ne saurait arrêter, l’auteur essaie de relativiser, bref est notre passage sur terre, s’interroge, mais de tout temps l’homme cherche en vains des réponses sur le mystère de son existence, il faut accepter ce qu’on ne peut changer.

Nous avançons à côté de Youcef Zirem, partageant sa souffrance, ses larmes, son chagrin, une part en lui manque aujourd’hui indéniablement, même si elle a toujours manquée durant ces longues années d’un exil forcé, car Youcef Zirem est profondément humain, il aspire à liberté, à la démocratie pour les siens, à l’égalité, à une justice sociale pour tous, pour un pays qui mérite mieux, sans ces conditions, le retour semble improbable.

Comment supporter la douleur de la séparation, l’absence, de cette maman tant aimée, par ces enfants, sa famille, son village et au-delà ?

L’Akfadou tremble devant cette vie si généreuse qui s’éteint, mais il sait que le souvenir demeure comme une lumière éclairant la mémoire. L’humanisme transmis par cette maman hors du commun qui a vécu dans l’humilité, la compassion, le don de soi, donner sans rien attendre en retour continue de rayonner à travers ses enfants, sa famille, ses proches, pour que nul n’oubli Na Lâaldja, cette femme au regard d’un ange, au grand cœur, souriant à chaque jour naissant quel que soit le temps, soulageant les âmes.

À travers cet émouvant récit, on se rend compte que malgré les douleurs et les larmes, la beauté l’emporte, l’espoir, la lumière nous remplissent le cœur, on en sort que plus fort, plus humain.

Na Lâaldja fait partie de ces âmes « qui sans tambour battant inventent des bonheurs » Que sa belle âme repose en paix.

Brahim Saci

« Lâaldja, notre mère » de Youcef Zirem aux éditions Fauves.

Le Matin d’Algérie

1 mars 2023

LEMATINDALGERIE.COM

____________________________________________________________________________

« Slimane Azem, blessures et résiliences », de Hacène Hirèche

L’universitaire, l’intellectuel et militant, Hacène Hirèche, vient de nous surprendre avec bonheur avec une publication, qui est un émerveillement, Slimane Azem, Blessures et résiliences chez les éditions l’Harmattan.

Qui mieux que Hacène Hirèche pour écrire sur le légendaire Slimane Azem, ce poète, chanteur, visionnaire, génial, qui a marqué le vingtième siècle par sa verve poétique et son engagement artistique. Slimane Azem disait haut et fort ce que le peuple pensait tout bas, que ce soit sous le joug du colonialisme français ou sous la dictature de l’Algérie indépendante, luttant toute sa vie pour une Algérie plurielle, démocratique, dans sa dimension amazighe, dans sa diversité culturelle et linguistique. Son engagement lui valut de mourir en exil loin de la terre des ancêtres qu’il aimait tant.

Le livre s’ouvre sur une citation du philosophe français Jacques Derrida, « Ce qu’on ne peut pas dire, il faut surtout pas le taire, mais l’écrire ». Cette citation résonne et donne comme une tonalité au livre.

La préface de l’universitaire Mokrane Gacem, perspicace et incisive, nous plonge dans le génie littéraire de Hacène Hirèche et l’univers captivant, de son livre, Slimane Azem, Blessures et résiliences, et s’offre à l’esprit du lecteur comme une offrande bienfaitrice qui nous transporte dans l’univers créateur de Slimane Azem. Mokrane Gacem nous donne le ton et la cadence de ce livre touchant et poignant.

Dès les premières pages nous sommes transportés vers ce passé qui n’est pas si lointain, da Slimane c’était hier, c’est aujourd’hui, tant il continue de vivre dans nos cœurs, dans le cœur de cette Kabylie tant aimée. Slimane Azem a su transfigurer les affres de l’exil, les injustices subies, pour magnifier un élan poétique jamais égalé.

Des livres écrits sur Slimane Azem celui-ci semble le plus complet, le plus documenté, le plus dense aussi dans son analyse subtile qui élève sa portée, qui rend ce livre, attachant, qui nous émeut et nous transporte à travers la vie à la fois tragique, torturée et fascinante de Slimane Azem.

Un livre extraordinaire et passionnant, qui nous renseigne, nous éclaire, sur les interrogations, incompréhensions, incertitudes, l’arbitraire, l’injustice et la chape de plomb qui frappèrent le poète libre. Hacène Hirèche lève le voile, grâce à une recherche minutieuse sur la vie, l’itinéraire et le parcours du poète légendaire.

La société kabyle a fait sienne le verbe libre, source d’équilibre, d’harmonie avec la terre et le ciel, Slimane Azem en était le porte-parole pendant plus d’un demi-siècle. Si, Si Mohand Ou Mhand marqua la deuxième moitié du 19ème siècle, Slimane Azem marqua lui, la deuxième moitié du 20ème siècle.

Slimane Azem comme Si Mohand Ou Mhand, est entré dans la légende de son vivant, et continue de faire rêver des générations grâce à ses compositions de génie qui demeurent intemporelles. Son œuvre rayonne au-delà des frontières, plus le temps passe plus on redécouvre la portée exceptionnelle de son génie créateur.

Ce livre de Hacène Hirèche sur le légendaire Slimane Azem, finement écrit, émouvant, captivant, est un baume pour le cœur et l’intellect.

Brahim Saci

23/10/2022

LEMATINDALGERIE.COM

_____________________________________________________

Mouna Aguigui, un philosophe errant

André Dupont dit Mouna Aguigui, qui nous a quittés le 08 mai 1999, à l’âge de 87 ans, fut un philisophe errant que j’ai bien connu à Beaubourg, où je déssinais les touristes comme caricaturiste, portraitiste, dans les années 80.

Comme Jaber El Mahdjoub, il a marqué le quartier Beaubourg par son amour de la liberté. De tels hommes sont rares aujourd’hui où le matérialisme sauvage semble tout acheter, le coeur et l’esprit.

Mouna, homme libre, était là, pour éveiller les consciences. Il y avait toujours du monde autour de lui, des jeunes et moins jeunes, qui l’écoutaient et engageaient la conversation avec lui. À chaque fois je m’arrêtais pour l’écouter comme pour me ressourcer et reprendre des forces, avant de descendre sur le parvis pour dessiner. 

Il disait qu’il faut toujours être libre quoi qu’il en coûte.

Un peu plus bas sur le parvis, Banana, un africain, faisait son spectacle, tournant en dérision un batteur chanteur de rock, il tape sur une banane accrochée comme une cymbale , et des couvercles de poubelles en guise de caisses claires, tout en criant, banana ! 

En haut du parvis, il y avait le théâtre de rue de John Guez au talent exceptionnel, mettant en scène le public, émerveillant des générations de passants. Il tenait une petite baguette qu’il maniait comme un chef d’orchestre pour faire jouer les personnages.

Une époque où la liberté avait encore un sens à Paris.

https://fr.cyclingheroes.com/fr/blog/aguigui-mouna-cycliste-clochard-philosophe

 _____________________

 Jaber El Mahjoub, artiste saltimbanque, philosophe errant

Jaber El Mahjoub, artiste saltimbanque, philosophe errant

L’artiste tunisien, peintre, musicien saltimbanque, auteur compositeur Jaber El Mahjoub s’est éteint à Paris le 21 octobre 2021 à l’âge de 83 ans, paix à son âme.

J’ai eu la chance de le connaître, je garde le souvenir d’un artiste libre, humble et généreux. Je l’ai connu début des années 80 à Beaubourg, il faisait de l’animation en chantant et en jouant du oud tout en tapant des pieds, il y avait chaque fois beaucoup de monde autour de lui. Je dessinais là-bas à l’époque comme caricaturiste portraitiste, chaque après-midi, le chant et le oud de Jaber résonnaient dans tout le quartier Beaubourg, il semait de la joie de vivre. Je restais souvent là, parfois des heures à l’écouter, les gens riaient, il nous rendait heureux. 

 Un peu plus bas sur le parvis, Banana, un africain, faisait son spectacle, tournant en dérision un batteur chanteur de rock, il tape sur une banane accroché comme une cymbale , et des couvercles de poubelles en guise de caisses claires, tout en criant , banana !

En haut du parvis, il y avait le théâtre de rue de John Guez au talent exceptionnel, mettant en scène le public, émerveillant des générations de passants. Il tenait une petite baguette qu’il maniait comme un chef d’orchestre pour faire jouer les personnages.

À cette époque la liberté avait encore un sens à Paris.

Quelques années avant sa mort, Jaber et moi, prenions souvent un café ensemble chez Said, au café, Aux Marronniers, au 347 rue des Pyrénées. Nous nous croisions aussi chez Azouz le libraire, vendeur de presse au 391 rue des Pyrénées. Jaber a connu à Paris beaucoup d’artistes kabyles, comme Slimane Azem, Oukil Amar et d ‘autres, lui aussi chantait dans sa jeunesse, il avait même enregistré un 45 tour   » Ya madame Serbila ». Il aimait évoquer sa mère avec ses tatouages berbères, en disant ma mère était berbère.

Artiste reconnu de son vivant, humble et discret, ses peintures sont célèbres des états-unis à Paris. Trois mois après sa mort la mairie du vingtième arrondissent de Paris, lui rend un vibrant hommage en exposant ses tableaux, de janvier au mois de mai 2022.

Jaber El Mahdjoub a été inhumé M’Saken dans son pays natal, en Tunisie.

……………………………………………………………………………………………….

« Éveiller les consciences », la nouvelle publication de Youcef Zirem

« Éveiller les consciences », la nouvelle publication de Youcef Zirem

Après «Chaque jour est un morceau d’éternité», paru aux éditions Douro, Youcef Zirem nous revient comme un enchantement avec un livre passionnant, «Éveiller les consciences», publié chez Fauves éditions.

Le titre interpelle tout esprit cherchant l’éclaircie dans l’obscurité qui tend à s’étendre aujourd’hui comme pour plonger la mémoire dans l’amnésie.

« Éveiller les consciences », arrive donc à point nommé, comme un éveil salvateur pour ne pas sombrer. Dès les premières pages, Youcef Zirem nous rappelle l’éveil pacifique du peuple Algérien, « Lorsque les jeunes et moins jeunes sont sortis dans la rue le 16 février 2019, à Kherrata, en Kabylie maritime, ils ne savaient pas que leur geste amorçait un nouveau cycle de luttes en Algérie, toute lutte sincère génère un éveil. De larges fractions de la population se sont éveillées et réclament désormais leur droit à la dignité, à la liberté, à la justice sociale ».

Ce livre se présente agréablement sous forme d’entretiens avec des écrivains algériens, qui apportent un nouveau souffle comme pour réchauffer et rafraîchir l’univers littéraire parisien. Youcef Zirem a cette originalité, celle de donner la parole à plusieurs écrivains entre 2004 et 2006, où chacun s’exprime et donne sa vision sur la littérature et l’actualité du monde dans lequel il vit.

C’est ainsi que vingt-deux écrivains prennent la parole, dont Mustapha Benfodil, Bachir Mefti, Chawki Amari, Akram Belkaid, Ali Malek, Habiba Djanine, Abdelmadjid Merdaci, Rachid Mokhtari, Slimane Ait Sidhoum, Boualem Sansal…

Nous ne pouvons nous empêcher de penser à l’inventeur des grands entretiens littéraires dans les années 50, aux entretiens radiophoniques de Jean Amrouche qui a réussi à convaincre et à donner la parole à de nombreux penseurs, écrivains, tels que, Gide, Claudel, Mauriac, Giono, Ungaretti, Pierre Emmanuel ou Jouhandeau.

Ce livre à l’écriture agréable est un moment de littérature. Le lecteur ne boudera pas son plaisir en tournant les pages avec lenteur pour faire durer le jaillissement de lumière qui se dégage de chaque entretien. Mais qui mieux qu’un poète peut mener ces entretiens ?

Dans une Algérie qui peine à se démocratiser, qui n’encourage ni la littérature ni les arts, l’écrivain tente tant bien que mal à décrire la réalité saisissante et celle cachée pour forger avec sa sueur un certain chemin du bonheur, qu’il sait fragile, mais ne plie pas, il essaie de dompter les obstacles et surmonter les difficultés.

Tant d’efforts et tant de peines consentis par des générations d’écrivains, pour tenter d’éveiller les consciences, espérer et tracer des perspectives heureuses pour un lendemain meilleur où l’élan démocratique pourra s’imposer comme seule lueur salvatrice.

Youcef Zirem a l’art de mener les débats, il sait trouver la bonne question pour amener l’écrivain à se dévoiler, à se confier, à livrer ses pensées les plus intimes. Boualem Sansal qui a acquis une renommée internationale dit « c’est le drame qui m’a amené à l’écriture », Ali Malek nous confie « écrire pour prolonger une certaine innocence », Bachir Mefti avoue « l’écriture est une question de survie ». Chacun de ces écrivains est allé au fond de lui-même pour répondre au poète journaliste écrivain Youcef Zirem.

Pour l’écrivain enseignant chercheur Abdelmadjid Merdaci, « Sans liberté de penser, il n’y a pas de littérature ». Magistral !

Brahim Saci

Le Matin D’Algérie

https://lematindalgerie.com

01/02/2022

    ___________________________

« Chaque jour est un morceau d’éternité », de Youcef Zirem

16/01/2022

Youssef Zirem

Cette nouvelle publication de Youcef Zirem arrive comme une bouffée d’air dans le paysage littéraire parisien. C’est un Ovni littéraire qui nous réconcilie avec l’écriture sensible et vagabonde qui vient chatouiller notre sensibilité.

L’écrivain Youcef Zirem, après « Libre comme le vent » publié par Fauves éditions et une quatrième édition de « histoire de Kabylie, le point de vue kabyle » publiée par les éditions Yoran Embanner, revient pour le plus grand bonheur des amoureux du livre avec « Chaque jour est un morceau d’éternité, journal parisien 2005-2015 » aux éditions Dourou.

Le livre s’ouvre sur une citation de Christian Bobin, qui donne un ton et un élan qui invite au voyage, à la réflexion, à la méditation. « Il n’y a rien d’autre à apprendre que soi dans la vie. Il n’y a rien d’autre à connaître. On n’apprend pas tout seul, bien sûr. Il faut passer par quelqu’un pour atteindre au plus secret de soi. Par un amour, par une parole, ou un visage ». Par cette élévation spirituelle et philosophique nous plongeons avec bonheur pour découvrir l’univers fabuleux de l’écrivain poète humaniste Youcef Zirem.

L’auteur a ce don et cette magie rare que partagent seulement les plus grands écrivains, comme Faulkner, Camus, Balzac, ou Feraoun, pour décrire l’humain et raconter la vie. Chaque jour est un morceau d’éternité, écrit sous forme de journal qui va de 2005 à 2015, avec des citations et des poèmes, nous transporte et nous émerveille.

Ce journal est une écriture aérée pleine de poésie et de lucidité qui invite le lecteur à suivre l’auteur, à s’interroger, à aimer. Il y a dans ce journal des rencontres, des quêtes, spirituelles, philosophiques. Chaque page apporte sa dimension poétique comme pour nous rappeler la beauté du monde malgré parfois des cieux lourds. « Je retrouve le Paris plein de rêves que la crise sanitaire obscurcit aujourd’hui ». On suit chacun des pas de l’auteur en essayant de ne rien perdre ni du regard ni de la pensée, l’on découvre que le meilleur est toujours possible.

Les pages semblent se tourner toutes seules comme pour ne pas troubler la quiétude qui émane de la narration, un peu plus loin nous sommes accueillis par une citation de Verlaine, « L’Art, mes enfants, c’est être absolument soi-même », pour magnifier l’élan poétique, la sensualité et le mysticisme qui se dégagent de chaque page. On ne peut s’empêcher de penser au Journal de Mouloud Feraoun, par l’humanité et l’émotion qui s’en dégage et le désir d’une liberté exigeante non négociable, comme un sursaut dans la conscience humaine.

La forme du livre est aussi des plus originales, les jours racontés portent un titre qui invite sans attendre à aller plus loin, pour ne perdre aucun pas, aucun regard du poète. Youcef Zirem nous rappelle les origines kabyles d’Alain Bashung, de Marcel Mouloudji, cet habitué de Saint-Germain-des-Prés. On retrouve une citation du poète chinois du huitième siècle, Tou Fou, surnommé le dieu de la poésie, aimé et admiré par Jacques Chirac.

Youcef Zirem nous raconte un concert donné par votre serviteur au conservatoire municipal Camille Saint-Saëns du huitième arrondissement de Paris le 7 juin 2006, il nous décrit l’ambiance chaleureuse de ce moment précieux du partage culturel, de la musique kabyle dans ce haut lieu de l’enseignement musical parisien. Il nous parle aussi du poète chanteur visionnaire Slimane Azem, cet immense artiste épris de liberté qui adorait Paris.

Il évoque aussi maintes fois l’Algérie qui peine à se démocratiser. La liberté et l’amour se côtoient entre illusions et désillusions, mais la poésie en sort toujours salvatrice pour ramener l’équilibre et l’harmonie. Le 16 juin 2015, Youcef Zirem écrit, « réhabiliter l’harmonie du monde, un titre quasi prophétique, qui sonne si juste aujourd’hui ».

Tout au long des pages de ce journal, on a l’impression de marcher à côté de Youcef Zirem dans Paris, on a envie de continuer la route avec lui, on ne veut pas s’arrêter. On veut que le poète continue à nous raconter. L’auteur cite Woody Allen : « Échouer à Paris, c’est mieux que réussir ailleurs ».

Brahim Saci

Chaque jour est un morceau d’éternité, journal 2005-20015 Éditions DOUROU Janvier 2022.

 Le Matin d’Algérie

16/01/2022

 _____________

Les étoiles se souviennent de tout» est le roman de Youcef Zirem paru aux éditions Fauves. Comment un groupe de résistants kabyles a sauvé des enfants juifs dans Paris sous l’occupation. Ce livre est une merveille de la littérature.

C’est un rafraîchissement poétique du style littéraire pour les passionnés du livre. Une immersion éblouissante dans le Paris et la Kabylie des années 1940.

Ce roman « Les étoiles se souviennent de tout » de Youcef Zirem, est le bienvenu dans le paysage littéraire. L’auteur vient une nouvelle fois nous surprendre pour notre plus grand bonheur avec un enchantement littéraire qui interpelle le cœur et l’esprit.

«Les étoiles se souviennent de tout » est une plongée dans l’histoire, le roman se déroule dans les années 40 entre Paris et la Kabylie. On retrouve des pans de l’histoire souvent méconnus, une histoire humaine poignante. Comme un magicien des mots Youcef Zirem sait si bien jongler entre le roman et l’histoire pour étancher la soif du lecteur. On se prend d’affection pour les personnages, on évolue avec eux dans cette époque trouble écorchée des années 40.

Ce roman raconte une épopée vraie, comment des résistants kabyles aidés par la grande mosquée de Paris et de son recteur le cheikh Si Kaddour Benghabrit ont redoublé d’efforts en dépit de tous les dangers pour sauver des enfants juifs dans Paris sous l’occupation.

Des tracts sont rédigés en langue kabyle pour ne pas éveiller les soupesons des nazis et de la Gestapo appellent les kabyles à aider les enfants juifs pour les sauver de la déportation, d’une mort certaine. Youcef Zirem réussit avec maîtrise et sobriété à nous immerger dans ces années obscures de l’occupation nazie en France. Le style épuré et fluide nous permet de mieux appréhender l’atmosphère étouffante de cette époque blessée.

Ce roman soulève des questions, apporte des réponses et nous aide à comprendre la complexité des situations humaines sous un regard philosophique pour dénouer les nœuds et enlever les brumes qui nous empêchent de voir certaines vérités et rendre hommage à certains engagements fraternels humains. Ce livre de Youcef Zirem nous éclaire et nous rend plus humains.

Samedi 26 septembre 2020

Auteur

Brahim Saci

Le Matin D’Algérie

______________________________________________

Youcef Zirem : « La Cinquième mascarade »

Youcef Zirem vient enrichir la littérature francophone avec son roman, la cinquième mascarade, chez Fauves Éditions. Nous pouvons dire que c’est un livre qui tombe à pic quand on voit le Hirak, la révolution qui se déroule en Algérie qui est porteuse d’espoir.

« La cinquième mascarade » est un roman qui émerveille par sa force et interpelle le cœur et l’esprit par sa lucidité. On retrouve des personnages qui se débattent dans les soucis de la vie de tous les jours, dans une société inégalitaire où même l’amour semble interdit. Un livre poignant, un hymne à la liberté, à l’espoir dans cette époque trouble de toutes les déchirures, où la lumière peine à percer les ténèbres imposées par l’absurde et le non-sens.

Un roman qui dépeint les illusions et les désillusions d’une jeunesse blessée de l’Algérie de l’indépendance à nos jours. Face à l’une des plus féroces dictatures au monde, la résistance est toujours là, l’amour aussi, la soif de liberté hante tous les esprits, ce qui laisse entrevoir un avenir qui peut être meilleur.

La folie et la déraison tentent de faire plier les cœurs et les esprits sans toutefois y parvenir. Le lecteur s’identifie parfois aux personnages et se sent proche de Sabrina, Malika, Khaled, Farid que nous n’avons pas envie de quitter tant nous sommes touchés par leur quête d’idéal et de justice.

L’histoire bien que romanesque paraît si réelle. Au fur et à mesure qu’on avance et qu’on tourne les pages on découvre le soleil sauvegardé au fond des cœurs qui donne l’énergie vitale pour œuvrer dans la bonne direction mais aussi la lutte pour effacer les atmosphères funèbres qui empoisonnent le quotidien.

Un peuple qui semble usé par les années noires d’obscurantisme où l’impensable, la démesure, nourrissent la terreur qui façonne le quotidien d’un pays livré aux hyènes où les valeurs sont déchiquetées. On évolue avec les protagonistes entre espoir et désespoir.

Mais malgré les impasses et les jours sombres, les yeux ne se tournent plus vers la terre à la recherche d’un tombeau, mais vers le ciel pour un renouveau, les corps usés courbés se redressent, comme pour renaître. Sabrina, Malika, Khaled, Farid ont appris par la force des choses à apprivoiser la souffrance et à vivre avec les blessures.

Mais les cicatrices sont là pour nous rappeler afin de chasser l’oubli et l’impunité. Celui qui se souvient par où il est passé saura où il va. Même par temps couvert et les hivers, il faut être lucide à tout prix pour ne pas sombrer. Les loups qui tiennent le pouvoir méprisent le peuple au point de le laisser dans la misère plus bas que terre. À la détresse morale s’ajoute l’injustice sociale qui touche surtout les plus faibles. La dictature a instauré la terreur et l’infamie. Les protagonistes réussissent malgré tout à tenir le cap à l’image d’une jeunesse sacrifiée mais toujours debout.

Youcef Zirem réussit avec art et magie un élan salvateur pour transfigurer les souffrances de tout un pays, dans un style limpide poétique et épuré qui nous rappelle les plus grands écrivains comme William Faulkner, Émile Zola, Mouloud Feraoun ou Albert Camus, où le verbe est porté, élevé, mis à nu pour ne dire que l’essentiel loin du superflus pour ne saisir que le vraisemblable, la vérité. Youcef Zirem malgré un style qui à première vue peut paraître des plus libres par sa fluidité applique au roman une rigueur quasi-scientifique pour peindre comme le peintre une fresque psychologique d’une société malade où les inégalités sociales sont criardes, où les maux sont multiples.

Youcef Zirem sait que le salut n’est pas dans la fuite lâche mais dans la résistance et la lutte pour se libérer des chaînes de la dictature qui érige l’oppression et la barbarie. Il sait que La vie l’emporte toujours et qu’un sursaut philosophique salvateur est toujours possible. L’injustice doit être combattue. Dans une société algérienne qui semble vouée au malheur depuis l’indépendance, l’esprit lucide doit dépasser l’échec pour ne plus se plier. Il interroge et s’interroge, décryptant par l’expérience humaine les conflits et les comportements qu’impose un système injuste, pour démystifier le réel parfois étouffant.

« La cinquième mascarade » nous apprend que malgré les incertitudes, l’espérance d’un avenir meilleur peut jaillir au bout du tortueux chemin. Youcef Zirem à travers ses personnages réussit à faire passer le message que le combat pour la dignité, la démocratie, n’est jamais perdu.

« La Cinquième mascarade », le roman de Youcef Zirem chez Fauves éditions.

Auteur

Brahim Saci

Samedi 17 octobre 2020 

 _____________________________________________

Matoub Lounès la fin tragique d’un poète », de Youcef Zirem

Matoub Lounès la fin tragique d’un poète, de Youcef Zirem est comme une lumière dans le paysage littéraire.

Youcef Zirem nous surprend une nouvelle fois avec joie par la publication d’un beau livre sur le légendaire Matoub Lounès aux éditions Fauves. La couverture du livre est originale, il s’agit d’un tableau,

une peinture portrait de Matoub Lounès, l’artiste peintre a connu le poète chanteur. Il n’est pas facile d’écrire sur ce géant de la culture Kabyle, poète, musicien, auteur-compositeur chanteur, militant infatigable des causes justes.À juste titre, l’approche de Youcef Zirem est des plus pertinente, un style épuré accrocheur, fluide, forgé par la clairvoyance et la volonté toujours vive d’écarter les superflus pour aller toujours vers l’essentiel, qui accapare dès les premières lignes l’attention du lecteur, le regard fixé sur les pages pour ne rien perdre ni de la lumière qui jaillit des mots et tournures ni du rythme apaisant dans une volupté poétique magnifiant la verve tranchante et éclairée du récit.

Youcef Zirem sait nous tenir en haleine. Youcef Zirem nous dévoile un poète vrai, ami de la muse, manipulant la langue kabyle avec grand art et une dextérité saisissante. Matoub Lounès était proche de son public. Ses admirateurs étaient émerveillés par des textes percutants, une voix  grave particulière, un style musical travaillé, des mélodies envoûtantes, le tout dans une langue kabyle recherchée, où les mots sont choisis avec amour et l’expérience du vécu pour toucher le cœur et l’imaginaire kabyle en adéquation avec le réel, défi sans cesse renouvelé. 

Recréer le monde par le langage poétique dans la recherche d’un idéal au-delà du réel, dans une société kabyle où la poésie est un art de vivre. Page après page, apparaît un poète généreux, amoureux des libertés, humble, fidèle en amitié, proche de son peuple. Nous découvrons un artiste écorché, meurtri dans une quête de l’absolu, d’un amour insaisissable, d’une justice sans cesse bafouée, dans un monde en mutation où les inégalités se creusent de plus en plus. Matoub Lounès, en ardent défenseur des libertés, criait haut et fort des vérités à l’instar du légendaire Slimane Azem auquel il vouait une admiration sans bornes.Comme Slimane Azem, il est resté libre, poète qu’aucune force n’a pu ni plié ni corrompre. Matoub Lounès tombe dans un guet-apens en Kabylie le 25 juin 1998 à quelques kilomètres de son village natal, la thèse de l’assassinat politique soulevée par ses fans semble aujourd’hui se préciser, Matoub dérangeait. Une vraie enquête reste à faire pour déterminer les vrais auteurs et les commanditaires du lâche assassinat de l’un des plus grands poètes algériens kabyles du XXe siècle.

Poète vrai incompris aux multiples blessures bravant l’incompréhension, la folie de son époque, Matoub Lounès a été l’ennemi d’une dictature bien établie avec ses rouages, ses valets, semant le mal et la destruction, érigeant la corruption en valeur, pour s’assurer la pérennité. Nous découvrons aussi les zones d’ombres entourant son assassinat, les intrigues les manipulations, les trahisons, du sommet du pouvoir jusqu’à l’entourage du poète.Des questionnements assaillent le lecteur désespéré à la recherche de réponses. Youcef Zirem a cette magie rare qu’ont seulement les plus grands écrivains, pour ne citer que Faulkner, Zola, Hugo ou Gabriel Garcia Marquez, pour cette grande liberté dans la narration, mais avec une rigueur scientifique, où s’élèvent des interrogations.

Une plume jaillissant, pourfendant les ombres dans une quête perpétuelle de lumière et de vérité. Youcef Zirem nous dépeint un témoignage poignant d’une époque mouvementée déchirée à travers cet artiste hors du commun qu’est Matoub Lounès dont l’œuvre influence et influencera bien des générations. « Matoub Lounès la fin tragique d’un poète » éditions Fauves, enrichit le paysage littéraire, un fabuleux livre à lire, à découvrir. 

Auteur

Brahim Saci

Le Matin d’Algérie

Mardi 6 octobre 2020

 ___________________________________________

 Libre, comme le vent » de Youcef Zirem : un hymne à la liberté, à l’amour « Libre, comme le vent » est une bouffée d’oxygène dans le paysage littéraire. Félicitations à ce grand poète romancier qui ne cesse de nous émerveiller avec de belles publications. 

Ce fabuleux livre « Libre, comme le vent » est comme une éclaircie dans un ciel obscurci. Le poète est là heureusement pour nous rappeler quand tout semble pencher vers la nuit, qu’il est toujours possible de puiser au plus profond de soi les forces pour en tirer la lumière, pour être « libre, comme le vent ». Voici un titre évocateur, il interpelle le cœur et l’esprit de l’homme dont le mental est déchiré, enchaîné par les chaînes rouillées des désirs superficiels et éphémères qui font de lui l’esclave de l’illusion, où la quête effrénée pour satisfaire l’appétit vorace de l’ego, l’enferme dans l’incertitude grandissante d’une liberté qui semble impossible à atteindre. La poésie de Youcef Zirem forgée par l’expérience et les errances nous dit que le meilleur est toujours possible et que parfois un poème, un aphorisme, peut nous mener libres au bout du chemin.

La poésie de Youcef Zirem est comme cette source enchantée bénie par les dieux où coule la vérité, celle qui jaillit du fond des âges, éternelle, de toute beauté. Notre temps est court mais nous gaspillons l’énergie précieuse à courir derrière des chimères qui nous mènent vers le gouffre, et là, on ne peut s’empêcher de penser à Baudelaire, lui qui a sondé l’âme humaine. La poésie de Youcef Zirem nous donne des ailes, nous rend libres. Elle nous parle, nous approche comme une amie, comme pour nous murmurer à l’oreille qu’il est toujours temps de s’évader, de s’envoler. Youcef Zirem à travers ces vers libres nous libère de toute entrave et conditionnement.Ces aphorismes nous rappellent la brièveté de l’existence ou nous résument en peu de mots l’essentiel, la vérité fondamentale, éclairant ainsi le mental trop longtemps alourdi par une dialectique déformée par le monde matériel. Loin de chercher à convaincre, les aphorismes de Youcef Zirem sont hors du temps, ils paraissent comme une lueur d’espoir pour les âmes perdues qui ont peur du miroir, et ceux en quête de sens.

 C’est une poésie qui se laisse boire jusqu’à satiété, mais en vérité celui qui plonge dans cette eau de la terre et du ciel voudrait y rester, pour ne plus en sortir, tant la béatitude de l’essentiel loin du superflu brille comme le soleil qui donne vie. Le poète a un regard juste sur le monde qui l’entoure. Il est témoin de son temps, il voit la folie du monde, (…Happé par la solitude, le joueur de saxophone s’arrête; son instrument détruit, il laisse le chaos se propager; dictatures imposées par le nouvel désordre mondial, les caravanes du mensonge s’emballent… Ivresse impossible, le papillon est déjà ors-jeu; tes neurones saccagés frétillent; seul le désir se plaît à trouver son chemin…).

Le poète est toujours à l’écoute du monde, Youcef Zirem rend un bel hommage au peuple algérien admirable, uni dans la fraternité et l’amour dans son identité berbère, amazigh, dans sa diversité culturelle et linguistique, pour libérer le pays de la dictature et instaurer enfin après tant de sacrifices une vraie démocratie, et retrouver la grandeur du soleil d’Afrique. (…Peuple algérien, tu es magnifique ! Laisse-moi te dire combien je t’aime, laisse-moi te dire combien je t’admire ! Laisse-moi te dire que je j’ai jamais douté de ta grandeur !…Par la force des choses je vis loin de toi…Mais je n’ai jamais cessé de penser à toi…L’exil est, parfois plus dur que la mort…je me sens renaître…aucune armée au monde ne peut s’opposer à ta soif de liberté, de dignité, de justice sociale…Ce qui se passe dans le pays va bouleverser toute l’Afrique du Nord…Peuple algérien, sois patient ta victoire est certaine…Peuple algérien, bientôt tu exerceras ta souveraineté, dans les règles de l’art, sans désir de vengeance, mais avec cet amour de l’autre qui a fait la force de nos ancêtres depuis la nuit des temps…Peuple algérien, tu as beaucoup souffert mais tu es en marche pour ta liberté. Peuple algérien, dans ta marche vers la lumière, tu es beau…)Cet hommage est un hymne à l’amour, à la liberté, comme un beau chant, un beau poème lyrique à la louange de cette révolution algérienne pacifique extraordinaire, saluée par le monde. Il y a dans ce beau livre des quêtes multiples, cherchant un sens, il y a aussi des interrogations qui vont au-delà de notre réalité terrestre, vers l’univers, tentant toujours de saisir un élan salvateur.

« Libre, comme le vent » de Youcef Zirem, chez les éditions Fauve.

Auteur

Brahim Saci

Jeudi 10 septembre 2020

Le matin d’Algérie

…………………………………………………………………………………

 » Fauves Editions

Merci Brahim SACI pour ces mots d’une grande justesse et d’une vérité touchante 🥳 Une merveilleuse critique pour découvrir le nouveau recueil de Youcef Zirem, une page qui chante la poésie dans ce qu’elle a de plus grand 🌬 « 

Merci beaucoup Fauves Editions, ce nouveau livre du grand Youcef Zirem « Libre, comme le vent », est une pure merveille, c’est la poésie que j’aime, qui m’éclaire et qui m’interpelle .

___________________________________________________  

Mohand Cherif Zirem : « Un écrivain authentique doit être un citoyen du monde »

Mohand Cherif Zirem Poète journaliste de talent, Mohand-Chérif Zirem a beaucoup écrit dans la presse, il a aussi plusieurs ouvrages à son actif. Universitaire, il est psychologue clinicien, il est donc de ceux à même de comprendre les bouleversements de la société dans laquelle il vit.

Le Matin d’Algérie :

Vous êtes un auteur prolifique parlez-nous de vos livres ?

 Mohand Cherif Zirem 

J’écris depuis que j’avais 11 ans. J’ai débuté en arabe, puis en tamazight et puis en français. J’écris plusieurs livres dans ces trois langues. Certains de mes ouvrages ont été publiés, d’autres pas encore. J’ai publié entre autres : Les Nuits de l’absence, Brahim Saci sur les traces de Slimane Azem, L’Amour ne meurt pas et Je vais encore prendre le large. Je suis édité en Algérie et aux USA. Je suis traduit en italien. On peut dire que j’ai laissé quelques traces dans le monde fabuleux de l’écriture. En outre j’ai fait plusieurs préfaces pour nombre d’auteurs algériens et étrangers. J’écris pour témoigner, pour apporter un plus à mes lecteurs, un tant soit peu.

 Vous avez étudié la psychologie, est-ce que cela vous aide dans votre écriture ?

 Mohand Cherif Zirem 

Oui je suis psychologue clinicien, sorti de l’université d’Alger en 2004. J’ai soulagé les patients dans deux grands CHU de la capitale. Et depuis des années j’interviens comme psychologue dans la presse et dans mes conférences. La psychologie m’aide dans l’écriture. Je ne me contente pas de noircir les feuilles, mais je tente, toujours, de pénétrer dans l’âme humaine pour l’analyser et tenter de la décrypter. Ce n’est pas du tout facile de faire ça, mais je fais de mon mieux.

 Dans un pays qui peine à se démocratiser, où les crises sont multiples, quelle est la place de l’écrivain ?

  Mohand Cherif Zirem 

L’écrivain a du mal à se faire une place dans le monde d’aujourd’hui ; un monde qui se matérialise et qui se déshumanise démesurément. Notre beau pays traverse des crises multidimensionnelles depuis des décennies. Les nobles valeurs ont tendance à disparaître et les gens lisent de moins en moins. Cependant, l’écrivain a le devoir d’apporter un plus à sa société et au monde entier. Un écrivain authentique doit être un citoyen du monde qui est à l’écoute de tout ce qui touche l’humain. L’écrivain peut orienter, interpeller, accompagner ses lecteurs.

 Le monde est secoué par des bouleversements sans précédents, la gestion de la crise sanitaire, freine les révolutions, en restreignant les libertés, en Algérie, la transition démocratique devient urgente, qu’en est-il du Hirak ?

Mohand Cherif Zirem 

La crise sanitaire complique la situation de l’Algérie, un pays déjà fragile et secoué par des crises qui semblent éternelles. Le Hirak est un mouvement singulier qui aspire à libérer notre chère patrie. Les millions de personnes qui manifestent dans la rue sont à saluer. Personnellement, je ne rate aucune occasion pour exprimer mes aspirations démocratiques dans la rue dans mes écrits, et ce, depuis

plusieurs années.

Actuellement, il est temps de penser à de nouvelles formes de protestation pacifiques pour que l’Algérie se démocratise. Notre combat pour la liberté doit

s’inscrire dans la durée. Le chemin sera encore long. Donc, il faut investir dans l’humain : via la culture, l’éducation et l’inculcation des valeurs humanistes aux générations montantes, des générations qui peinent à trouver leurs repères. Seule la démocratisation réelle de l’Algérie permettra l’évènement d’une nouvelle ère de liberté et de prospérité.

Nous devons, sans cesse, semer l’amour, la tolérance, le respect de l’autre et bien d’autres vertus, lesquelles vont nous permettre d’accéder à un lendemain meilleur.

Auteur

Entretien réalisé par Brahim Saci

Le Matin d’Algérie / Vendredi 6 novembre 2020

_________________________________________________

Hamza Zirem : « L’écrivain éloigné de son pays doit se recréer continuellement »

Hamza Zirem est né en 1968 à Akfadou. Il a enseigné la langue française pendant plusieurs années. En 2009, bénéficiant d’une bourse d’études dans le cadre du réseau international ICORN, il a été accueilli en Italie par la municipalité de Potenza. Depuis 2010, il entreprend la profession de médiateur interculturel et linguistique.

Hamza Zirem a collaboré avec plusieurs revues et journaux : Rencontres Artistiques et Littéraires, Algérie Littérature/ Action, La Grande Lucania, Controsenso Basilicata, La Pretoria, Territori della Cultura… Hamza Zirem est l’auteur d’une dizaine de livres. Il est co-auteur de la traduction des entretiens radiophoniques de Jean El Mouhoub Amrouche avec Giuseppe Ungaretti (UniversoSud, 2017).

Il a été nommé, par l’Universum Academy Switzerland, Ambassadeur de la Paix pour son précieux témoignage dans le domaine culturel. Il a obtenu de prestigieux prix littéraires en Italie: Premio Nuova scrittura attiva (Tricarico), Premio Europa (Porlezza), Premio Salvo D’Acquisto (Pescara), Premio Universum Basilicata (Potenza), Premio AlberoAndronico (Roma), Premio La Pulce Letteraria (Villa D’Agri) et Premio La Rosa d’Oro (Torre Alfina). Hamza Zirem a été nommé

membre du comité scientifique du Centre Universitaire Européen du Patrimoine Culturel. Ses textes ont été insérés dans de nombreuses anthologies.

Le Matin d’Algérie : 

Après des études universitaires, vous avez enseigné pendant quelques années la langue française, j’essaie d’imaginer la difficulté d’exercer ce métier dans une Algérie où le pouvoir politique prône l’arabisation.

Hamza Zirem : L’enseignement est un métier très enrichissant et très exigeant. Il ne consiste pas seulement à aider les élèves à apprendre, l’éducation à l’école compte beaucoup et doit amener les apprenants à réfléchir à la manière dont ils peuvent contribuer à l’édification d’un monde meilleur. De mon expérience personnelle, je me rappelle surtout des textes de grands auteurs, qui ne faisaient pas partie du programme officiel, que j’étudiais avec mes élèves et qui nous transmettaient des regards observateurs sur la société ainsi qu’un sens profond des rapports humains. L’école algérienne a toujours été utilisée à des fins politiques.Les diverses «réformes scolaires», entamées au cours des années, n’ont pas vraiment pour objectif une refonte pédagogique, les idéologies planifiées du régime ont intentionnellement détérioré le système éducatif. Dans son étude intitulée « Crise linguistique en Algérie: les conséquences de l’ arabisation », l’universitaire Lily Keener a écrit en 2019 : « En ce qui concerne l’Algérie, qu’il soit de la langue ou de la religion, le gouvernement ne désire que monopoliser tout afin de garder le pouvoir, et de plus, il ne désire que le pouvoir. Il ne s’intéresse ni à la question de la langue, ni de la culture. La langue arabe a bien été exploitée comme un outil destiné à la domination des Algériens. Chez le gouvernement algérien n’existe qu’une histoire de corruption qui a conduit le problème islamiste jusqu’à la décennie noire ainsi que la politique d’arabisation jusqu’à l’empêchement de la modernisation ».

Pouvons-nous dire que ce sont les contradictions, le manque d’horizon d’un pays qui se referme sur lui-même qui vous a ouvert les portes de l’écriture et vous a poussé à partir ?

Hamza Zirem : J’ai grandi dans un milieu familial très propice à l’éveil culturel. Je me suis rapproché davantage de l’écriture suite à mes rencontres déterminantes avec certains copains durant les études universitaires, nous avions vécu des expériences très formatrices et les lieux que nous fréquentions étaient de véritables bouillonnements culturels. En outre, dpuis 1990, j’ai entamé une correspondance littéraire en échangeant les idées avec de nombreux écrivains francophones qui m’ont encouragé à publier mes propres textes.

Parmi eux, je peux citer Djamel Amrani, Michel Tournier, Jeannie Varnier et Michel Poissenot. Après avoir exercé pendant une quinzaine d’années dans le domaine de l’enseignement, j’ai quitté l’Algérie en 2007. J’ai vécu pendant plus d’une année en Norvège et puis je me suis installé en Italie. Abandonner son pays est toujours un choix douloureux. Les raisons qui poussent les Algériens à quitter le pays sont multiples.La situation actuelle de l’Algérie est désastreuse: le président de la république et les membres du gouvernement sont illégitimes, le chômage est grave et endémique, les émeutes sont récurrentes, la flambée des prix érode continuellement le pouvoir d’achat des familles et la majorité de la population vit sous le seuil d’une extrême pauvreté, il n’existe aucune liberté d’expression, l’absence de démocratie est totale, la violation des droits de l’homme est systématique, l’incessante détention des militants du Hirak est arbitraire, la gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19 est très mauvaise…

Vous vivez depuis plusieurs années en Italie, où vous avez réussi à vous imposer en publiant des livres en italien et en français, parlez-nous de vos ouvrages ?

Hamza Zirem : Ma première suite poétique, parue aux éditions françaises Clapàs, remonte à 1997 et depuis j’ai continué de publier des recueils de poèmes, quelques essais littéraires, des entretiens avec certains auteurs, des fables pour enfants et des romans. J’ai également écrit le texte d’une pièce théârale qui a été représentée par la troupe Gommalacca à l’occasion de l’inauguration de « Matera, capitale de la culture européenne 2019 ». Je suis aussi co-auteur de la traduction des entretiens radiophoniques de Jean El Mouhoub Amrouche avec le poète italien Giuseppe Ungaretti, un livre publié chez UniversoSud en 2017. Dans quelques mois paraitra mon nouveau recueil de poèmes intitulé « La persistance des vieux jours » avec une introduction de Philippe Poivret.

L’Italie vous a adopté, vous avez obtenu de prestigieux prix littéraires ainsi que des nominations de très haut niveau comme ambassadeur de la paix et membre du conseil scientifique du Centre Universitaire Européen du Patrimoine Culturel de Ravello. Parlez-nous de ces heureux événements ?

Hamza Zirem : On m’a attribué des prix littéraires et des nominations, et les différents motifs des reconnaissances sont minutieusement expliqués par les jurys responsables. J’avais bénéficié d’une bourse d’études dans le cadre du réseau international ICORN et je suis accueilli par la municipalité de Potenza au sud d’Italie, en Lucanie. Invité dans un cadre officiel m’a énormément aidé à organiser facilement beaucoup de rencontres culturelles pour parler de mes livres et d’autres sujets. J’avais, par exemple, organisé en 2009 avec le professeur Luigi Serra (un chercheur universitaire en études berbères et un ami de Mouloud Mammeri) un colloque international sur la Kabylie comme région emblématique de la Méditerranée. Oui la Lucanie m’a adopté. Cette région méridionale a accueilli de nombreuses et importantes civilisations méditerranéennes, des Grecs antiques aux hommes illustres du XXe siècle.

Une région riche en paysages qui, sur quelques kilomètres, changent considérablement : des côtes sableuses ou découpées, des lacs aux montagnes, des châteaux aux fermes ; elle offre des décors splendides très différents. Le sud d’Italie a su garder une réelle authenticité semblable à la Kabylie, avec des gens viscéralement attachés à leur terre, à leur culture et à leur langue.Les Lucaniens ont fièrement conservé leurs traditions aux rites anciens et ils ont su mettre à profit toutes les stimulations culturelles. Cette terre riche en produits gastronomiques est une gardienne excellente d’un patrimoine ancien et raffiné. Chaque commune est un haut lieu de valeurs culturelles d’où émergent des faits, des us et coutumes d’une grande richesse.

Le caractère de l’Italien du sud est souvent jovial, on peut discuter de tout avec lui, vu sa facilité d’approche et son humanité. Les Lucaniens sont ouverts au monde par tous leurs sens, ils sont admirablement armés pour recueillir le trésor illimité de sensations et de jouissance que la Lucanie met à leur disposition. Ils gardent en eux intacts la puissance, l’audace et le besoin d’appréhender le monde dans sa réalité physique, ils sont de vrais habitants de la terre. Ils vivent en harmonie avec l’univers en atteignant un haut niveau de plénitude morale. De cet accord profond et essentiel, entre la Lucanie et ses habitants, nait une parfaite grâce.Après avoir passé plus d’une année en Norvège où les personnes sont très froides comme leur climat, je me retrouve beaucoup mieux ici au sud de l’Italie dans le climat de la culture méditerranéenne, je ne me sens pas dépaysé et je découvre beaucoup de choses similaires entre l’Afrique du nord et le sud de l’Italie : les traditions et les us, certains faits historiques, les rythmes de la musique, la saveur culinaire, l’architecture, l’accueil des gens, la mentalité, la sympathie, la vie communautaire et même la langue dont beaucoup de termes arabes et berbères sont utilisés dans les dialectes lucaniens.

Y a-t-il des reconnaissances ou des évènements culturels importants auxquels vous aviez participé qui vous tiennent particulièrement à cœur ?

Je suis parfois invité par des universités, des établissements scolaires et des associations culturelles pour participer à des événements culturels. Chaque rencontre me procure de grandes satisfactions. Je cite quelques épisodes qui me viennent à l’esprit en ce moment.

Lors d’un festival de la poésie des pays méditerranéens qui s’est tenu à Nusco le 24 octobre 2009, les élèves de cinq lycées d’Irpinia dirigés par leurs professeurs ont étudié et traduit mes poèmes du français vers l’italien et même du français vers le latin. Ils m’ont consacré d’admirables critiques littéraires qui ont été publiées dans le numéro 4 de la revue «Il Monte». Ma suite poétique intitulée «Saisir le présent », parue dans la revue Algérie Littérature / Action en 2005, a été traduite en norvégien par le traducteur de Nedjma de Kateb Yacine : Kjell Olaf Jensen et a été publiée en 2008 à Stavanger. Mon roman « Inno alla libertà di espressione » a été étudié à l’Université de la Basilicate par les étudiants du département des sciences humaines.En décembre 2010, un de mes textes est publié à Florence dans une anthologie, consacrée au thème de la liberté des idées, imprimée en 7000 copies et distribuée gratuitement dans tous les instituts scolaires du cycle secondaire de la Toscane. Dans un de ses livres, le grand écrivain italien Rocco Brindisi me cite dans plusieurs passages une trentaine de fois. Après avoir lu mon roman 

intitulé « L’exil norvégien d’un écrivain kabyle », le poète Oudjedi Khellaf m’a écrit un long commentaire, voici un petit extrait : « La première impression qui se dégage de ce roman est la poésie dont il regorge. (…) Ton écriture ressemble à celle de Mouloud Feraoun ou Albert Camus par sa simplicité, à celle de Mouloud Mammeri par sa poésie et à celle de Kateb Yacine par sa profondeur humaine ».

Est-ce que vous pourriez mettre en évidence quelques brefs extraits de votre roman que vous venez de citer pour donner une idée bien précise, aux lecteurs de notre journal, de ce que vous écrivez ?

« Le rôle de Massi en tant qu’écrivain est d’ouvrir son cœur et ses idées à ses interlocuteurs, d’exprimer sa vision des choses, ses craintes et ses aspirations. L’acte d’écrire est, d’une certaine manière, un acte risqué qui suppose beaucoup de courage et d’abnégation dans le contexte où il vivait. Répondant aux questions qu’on lui pose, Massi évoque sa collaboration au journal Akfadou News et savoure encore ces temps durant lesquels il s’efforçait de sensibiliser les lecteurs sur des questions de morale, sur l’importance de la citoyenneté souveraine et sur le déclin de l’ouverture démocratique qui a gangréné l’Algérie jusque dans ses moindres recoins.Face à l’oppression, ses articles se sont faits virulents, ce qui lui a valu un emprisonnement. L’écriture journalistique l’a fait voyager abondamment. Sa cause était juste et son combat était indispensable. Sa conscience demande à ce que quelqu’un le comprenne et poursuive sa lutte. Peut-être qu’un jour ses signaux seront plus forts que l’inhumanité de ceux qui l’ont poussé à l’exil. (…) Massi est un terrien, qui s’est nourri de vérités simples. C’est cela qu’il tente de traduire dans ses livres, par besoin de le rappeler au monde qui l’oublie, quand il ne se désintéresse pas, préférant les plaisirs et les vanités.

Massi est quelqu’un qui a besoin du ciel mais dont les pieds demeurent ancrés dans le sol, il a besoin du concret, de toucher, de sentir, de voir et d’entendre avec les mots de tous les jours. Ses sentiments s’appuient sur des valeurs qui ne visent que ce qui peut rendre le monde et les hommes meilleurs. L’encre dans laquelle il plonge sa plume n’est pas celle qui rédige les savants dictionnaires, mais celle où le cœur puise ce qui le fait battre. (…) C’est quoi l’exil ? Une omniprésence d’un état d’esprit énigmatique. Vidée de sa substance vivante, l’âme s’engourdit et s’éteint dans un profond sommeil. Comme le vent qui souffle nerveusement sur le no man’s land, le bateau de Massi a du mal à trouver son port. Les flashbacks douloureux l’empêchent d’oublier les temps malfaisants et les périples âpres. (…) L’expérience de l’expatriation est une épreuve douloureuse et éprouvante.L’écrivain éloigné de son pays doit se recréer continuellement une ambiance avec des couleurs imprécises. Massi reconsidère son exil dans ce qu’il contient d’épaisseur de survie, de souffrance, de joie inventée et de liberté recherchée. L’exil est une tension qui vise à fragmenter tant d’expériences humaines. Le regard de Massi est braqué vers un avenir de sentiments blafards. Sa vision est déroutante dans un mélange de symboles et d’interprétations confuses. La déraison de son époque l’a contraint à consommer la bêtise des jours contrariés. Il reconnaît l’inanité de son cheminement décérébré ».

En France, les écrivains algériens souffrent du manque de visibilité pour la majorité car l’accès aux médias est souvent impossible. Pensez-vous que l’Italie offre plus l’ouverture et plus de perspectives de réussite aux auteurs étrangers ?

Oui l’Italie offre certainement plus de possibilités aux écrivains étrangers par rapport à la France. Au fil des années, la reconnaissance des différentes cultures et l’écoute des témoignages d’auteurs étrangers deviennent de plus en plus importants. L’intérêt pour la littérature produite par des auteurs d’origine étrangère en Italie est né dans le cadre d’un cours universitaire sur la communication interculturelle, initié par l’enseignante Paola Ellero qui avait déclaré : «Les productions culturelles des étrangers constituent, au-delà de leur valeur littéraire, un outil pour dépasser les frontières qui conditionnent encore notre façon de penser et de vivre le phénomène migratoire et la présence de citoyens immigrés dans notre pays. Ils nous invitent à regarder la réalité, souvent entachée de stéréotypes, à travers les yeux de ceux qui ont cherché et trouvé l’hospitalité parmi nous, parvenant également à s’intégrer.

Face à l’augmentation des flux migratoires de ces dernières années, à l’image transmise par les médias, un changement de perspective dans notre façon de voir l’immigré est de plus en plus nécessaire. La littérature des migrants en langue italien peut jouer un rôle important dans ce processus, car elle reflète dans le présent de ces nouveaux voisins notre passé, pas substantiellement différent, même s’il est refoulé, d’hommes et de femmes qui ont dû abandonner leur terre pour chercher ailleurs une meilleure vie ».

L’Italie n’est pas épargnée par la crise sanitaire mondiale, comment vivez-vous cela ?

On résiste en espérant que les choses rentreraient dans l’ordre après la saison hivernale. On se rend compte que la première vague de la pandémie n’a pas servi de leçon aux gouvernants, on se retrouve une nouvelle fois avec un manque flagrant de préparation. La deuxième vague du coronavirus est brutale, elle dévoile les disparités du système sanitaire italien et les hôpitaux du sud risquent de chavirer. Pour le moment, les autorités ont catalogué les vingt régions en zones jaunes, oranges et rouges, impliquant différentes restrictions.

Quel regard portez-vous en Italie sur la révolution pacifique algérienne du Hirak ?

Un collectif d’Algériens résidents en Italie a été créé pour soutenir le Hirak. Il organise souvent des activités à la place Cordusio de Milan et rassemble des dizaines de personnes très actives qui se solidarisent avec les manifestants en Algérie et sensibilisent l’opinion italienne. Les protestations menées par le Hirak algérien étaient très impressionnantes. Les messagers de la révolution du sourire, depuis le mois de février deux mille dix-neuf et pendant plus d’une année, ont organisé des manifestations de masse plusieurs fois chaque semaine en Algérie et dans plusieurs pays étrangers où résident nos concitoyens. Ils ont hissé notre âme que l’on tente d’assujettir, ils continuent à réclamer un état civil et non militaire, ils ont brandi des slogans captivants, leurs chansons  improvisées valent mieux que mille discours.

Ils ont mis l’intérêt collectif au dessus de tout, ils se sont rappelé des sacrifices de nos martyrs, ils ont traversé toutes les villes et tous les bourgs pour libérer nos âmes enchainées et abattre les injustices qui ont perduré. Ils ont franchi des océans en démence et des territoires consternés pour allumer sur nos fronts la flamme de l’espoir. Ils supportent encore de longues attentes pour tracer d’authentiques chemins, ils résistent aux aléas des quatre saisons pour figurer l’arc-en-ciel. Ils affrontent constamment de très grandes difficultés causées par le régime dictatorial des militaires. Beaucoup de personnes sont arrêtées et arbitrairement emprisonnées à cause de leurs opinions, même le drapeau amazigh dérange ceux qui ont renié notre identité. Les hirakistes sont des militants vigoureux et ils s’expriment pacifiquement en réinventant nos aspirations avec de géniales trouvailles. Ils s’efforcent de garantir des lendemains qui chantent pour ouvrir les fenêtres du pays sur la promesse de l’aube. L’Algérie libérée des tyrans est une espérance pour tous. Les messagers de la révolution du sourire ont désobéi à la mort programmée de l’Algérie pour déjouez les ivresses et les fureurs des décideurs illégitimes. Les agents du désordre ne peuvent brouiller les pistes perpétuellement. Après la pause forcée, due à la pandémie, les hirakistes renaitront avec de nouvelles formes de lutte. Avec leur détermination, ils résisteront jusqu’à l’instauration d’une transition démocratique et iront jusqu’au bout avec le projet du changement radical pour éteindre l’incendie causée par les pyromanes du pouvoir. Cette révolution extraordinaire, ignorée par presque tout l’Occident, se poursuivra certainement jusqu’à la chute de la dictature des généraux. Les revendications de liberté et de démocratie soulevées dans le plus grand pays africain entraîneront des changements majeurs dans l’ordre géopolitique de l’Afrique du Nord et auront un impact sur le monde entier. Ces changements seront d’une importance fondamentale en ce qui concerne notamment l’avenir de la
politique étrangère des différents pays européens.

Auteur

Entretien réalisé par Brahim Saci

  Le Matin d’Algérie

Jeudi 19 novembre 2020

 ____________________________________________

Café littéraire parisien L’Impondérable, le rendez-vous incontournable de Youcef Zirem

Paris compte cinq cafés littéraires historiques, « Les DeuxMagots » à Saint Germains des prés, que fréquentaient jadis Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Stéphane Mallarmé, un lieu de rendez-vous d’artistes et d’intellectuels, Guillaume Apollinaire, Elsa Triolet, Louis Aragon, André Gide, Picasso et d’autres.

« Le Procope » dans le 6ème arrondissement de Paris, La fontaine, Racine, Diderot, d’Alembert, Beaumarchais, Voltaire, Balzac, Nerval, Hugo, George Sand, Musset et Verlaine s’y sont attablés. Aujourd’hui Amélie Nothomb, Éric-Emmanuel Schmitt fréquentent ce lieu.

« Le Café de la Paix », place de l’opéra dans le 9è arrondissement, fréquenté par de nombreux intellectuels, écrivains, Maupassant, Victor Hugo, Émile Zola, Oscar Wilde, Paul Valéry, André Gide, Marcel Proust.« Le Café de Flore » dans le 6ème arrondissement, fréquenté par Guillaume Apollinaire, Picasso, Boris Vian, Serge Reggiani, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Ionesco.

« La Closerie des Lilas » dans le 6ème arrondissement, Bazille, Renoir, Monet, Sisley, Pissarro, Émile Zola, Paul Cézanne, Théophile Gautier, Charles Baudelaire, Edmond de Goncourt, Paul Verlaine, Paul Fort, Lénine Guillaume Apollinaire, Alfred Jarry. Amedeo Modigliani, Germaine Tailleferre, Paul Fort, André Breton, Louis Aragon, Pablo Picasso, Jean-Paul Sartre, André Gide, Paul Éluard, Oscar Wilde, Samuel Beckett, Ernest Hemingway, Francis Scott Fitzgerald, Henry Miller, ont fréquenté cet endroit.Le café littéraire de L’Impondérable de l’écrivain Youcef Zirema lieu tous les dimanches depuis plus de deux ans dans le 20ème arrondissement de Paris, plus précisément au 320, rue des Pyrénées. Beaucoup d’artistes, d’intellectuels, d’écrivains s’y côtoient chaque dimanche. Mais bien que ce soit le seul café littéraire qui a lieu chaque semaine à Paris, la presse française, curieusement, n’en parle pas.

Ce café littéraire est pourtant un exemple pour le vivre ensemble et l’ouverture culturelle. C’est un lieu convivial, où les échanges se font dans la curiosité, l’amitié, et la bonne humeur. Les poètes, les écrivains, les artistes en général, sont toujours les bienvenus.

Mathilde Panot, députée de la France insoumise est venue parler de la situation sociale en France, elle a évoqué la lutte des gilets jaunes, du « Hirak » la révolution du peuple algérien dite du sourire, puisqu’elle a été en Algérie, en Kabylie, rencontrer les révolutionnaires. Mathilde Panot a aussi parlé des mouvements révolutionnaires en Amérique latine et à travers le monde.

Les artistes, le écrivains, les intellectuels de tous bords viennent parler de leurs publications. L’écrivain Youcef Zirem assure la programmation et anime toujours les débats avec brio.Après une présentation et un échange entre l’invité et Youcef Zirem, la parole est donnée au public. Chacun est libre d’intervenir et de poser la question qu’il veut, même celui qui vient de rentrer, qui n’a rien suivi, tout le monde l’écoute avec bienveillance et l’invité lui répond, tout se passe dans le respect du vivre ensemble.

Ce café littéraire situé dans un quartier populaire joue un rôle éducatif. Les rencontres sont toujours chaleureuses et conviviales. Un repas est souvent offert après la rencontre. Les gens restent souvent très tard et en profitent pour échanger autour d’un verre entre eux et avec l’invité.Moise Kemmache le patron du lieu contribue aux côtés de Youcef Zirem à faire vivre ce café littéraire, on leur dit un merci et un grand bravo ! C’est vraiment un exemple d’ouverture culturelle dans le respect de la diversité et du vivre ensemble.

Dans une société parisienne qui a tendance à se refroidir dans un individualisme grandissant dans un repli sur soi effrayant, le café littéraire de l’Impondérable est comme une oasis dans un désert brûlant, ou un coin du feu dans un hiver glacial.Certains m’ont dit attendre chaque dimanche avec impatience. Ce rendez-vous est devenu incontournable pour beaucoup de parisiens et non parisiens.

Auteur

Brahim Saci

Dimanche 6 septembre 2020

Le Matin d’Algérie

____________________________________________

Le « HIRAK », la révolution du peuple algérien dite du sourire 

Mon grand ami l’écrivain Youcef Zirem que je considère comme l’un des plus grands écrivains francophones contemporains algériens dit toujours qu’il ne faut mythifier personne et il a raison. Je sais que l’Algérie depuis l’indépendance a tout fait pour nous conditionner comme font tous les pouvoirs despotiques, totalitaires, pour ne voir qu’avec des œillères, une seule religion, une seule langue, un seul écrivain, un seul artiste, souvent ceux qui gravitent autour de la cour du roi. L’histoire n’oublie jamais rien.

Seule une véritable démocratisation permettra à chacun d’avoir sa place, sans elle rien n’est possible ! La révolution actuelle dite du sourire le « Hirak » qui secoue l’Algérie depuis février 2019 est déjà gagné dans les esprits. Le peuple algérien s’est réveillé, éveillé, décidé à faire tomber le système despotique vieilli qui étrangle le pays depuis l’indépendance.

Sans démocratie rien n’est possible, ni la justice sociale, ni la justice tout court, ni la liberté d’être, de penser, d’opinion, d’action. Un ami rêvant d’une Kabylie indépendante me disait récemment reprocher au « Hirak » les slogans en langue arabe, mais il faut voir au-delà car le but est la chute du régime, de la dictature pour instaurer une démocratisation, mais la langue berbère, la langue kabyle est à peu près présente à travers tout le pays, on a même vu des slogans kabyles dans des régions arabophones. Il faut être lucide, l’urgence est la chute du système, sans cela rien n’est possible ! Nous avons vu que la Catalogne n’a pu avoir son indépendance même dans une Espagne et une Europe démocratique alors que l’Afrique peine à se démocratiser.Les idées d’autonomies, d’indépendances ou de fédéralismes ne peuvent se développer que dans une véritable démocratie. La révolution doit continuer pour en finir avec les mascarades ! L’Algérie n’a jamais connu d’élections libres et démocratiques, tous les présidents ont été désignés ! Une transition démocratique est urgente pour mettre fin aux injustices, à l’arbitraire, à la pensée unique !

L’Algérie est à un tournant de son histoire, le peule dans son ensemble, les 48 wilayas, veut la chute du système. Une révolution admirable saluée par les esprits libres du monde entier. L’Algérie démocratique de demain donnera sa place à chacun.  « Pour faire une révolution il faut un peuple » Victor Hugo.

Brahim SACI.

Le 31 janvier 2020.

_______________________________________

________________________

YOUCEF ZIREM

UNE VIE VOUÉE À L’ÉCRITURE

L’écrivain poète journaliste Youcef Zirem, un écrivain talentueux, dont l’aura dépasse les frontières, parfois me rappelle Faulkner, parfois il me rappelle Camus, Mouloud Feraoun ou Gabriel Garcia Marquez.

Sil peut nous paraître quelquefois en marge, il n’en est rien en vérité, car il est parfaitement attentif et à l’écoute de la société dans laquelle il vit et suit les bouleversements du monde, son esprit perspicace et lucide comprend les enjeux, et tente bien des fois d’alerter et prévenir la conscience humaine.

Si sa vison métaphysique semble hors du temps, elle est aussi bien de son temps, conscient des flux volontaires et involontaires de l’époque qui semblent échapper au pouvoir humain. Ses écrits et sa façon d’être, sont un enseignement. Il sait que le présent façonne l’avenir avec les leçons du passé. Il ne cessera d’œuvrer à dégager la pensée dépoussiérée, de toute soumission. Il n’est pas rare de le voir à une terrasse parisienne, un café et un journal, parfois même en train de griffonner une pensée, un poème.

Youcef Zirem a cette manière étrange et mystérieuse de saisir l’inspiration et de ciseler les mots à la manière d’un orfèvre pour en retirer tout ornement superflus pour en retenir que l’essentiel. Sa vie est remplie de poésie, le regard du poète ne le quitte jamais , même à travers ces romans où il est souvent lui même l’un des personnages. Sil transfigure parfois la réalité c’est toujours pour la rendre plus réelle, à la portée de tous, afin que nul n’oublie.

Youcef Zirem connaît le poids de l’exil celui que ressent tout être incompris où qu’il soit, et la solitude qu’il apprivoise pour la rendre féconde, car c’est peut-être seulement là que l’âme est libérée, où la plume peut sans entraves s’exprimer. Il n’aura de cesse de tenter de briser les silences, bousculer les absences pour s’élever contre toutes les formes d’oppression. Il sait la fragilité des choses, ses écrits nous mettent en garde contre l’absurde qu’on tend à ériger en certitude.

Il est l’humaniste, l’ami. Youcef Zirem connaît les chemins justes, il essuie les larmes du faible, il connaît aussi les sentiers sinueux des méchants, des arrogants, il fustige et dénonce l’impunité des puissants. Il est de tous les combats qui mènent à la libération des peuples. Il aime les petits cafés parisiens, comme la plupart des grands poètes et écrivains car là les échangent sont sincères, les regards sont libres, les gens laissent leurs armures à l’extérieur, la vie est vraie.

Son livre, « Libre, comme le vent », le résume très bien, la liberté n’est pas pour lui un simple credo mais une façon de vivre, c’est un état d’être. Il sème des graines de lumière sur son passage, il éclaire ceux qui le lisent, il redonne l’espoir à ceux qui l’approchent. Il aime flâner dans les rues de Paris, cette ville lumière des poètes et des écrivains.

On le croirait tiré d’un personnage de roman, il est la pensée libre sans concession, il milite depuis de longues années pour la démocratisation de l’Algérie, et la liberté des peuples opprimés. IL aime aussi prendre des photos de cette ville des arts, pour fixer ces instants éternels parisiens. Si j’ai publié plusieurs livres de poésie, c’est en partie grâce à ses encouragements, et il m’a à chaque fois honoré d’une belle préface dont il a la magie. Rares sont les auteurs qui ont sa sagesse et sa générosité. Je suis heureux d’être son ami et j’attends à chaque fois avec impatience ses nouvelles publications.

Brahim Saci  

Le Matin d’Algérie

Le 20 juin 2020

Youcef Zirem, une vie vouée à l’écriture

_______________________________ __________________

Le roman «la porte de la mer» de Youcef Zirem vient de paraître aux éditions Intervalles, un hymne à la vie, à la liberté.

Le roman «La porte de la mer» de Youcef Zirem nous interpelle à plus d’un titre. Dès le début nous sommes frappés par le titre très évocateur, nous pensons tout de suite à la liberté mais la photo nous montre une femme enfermée qui ne voit le monde extérieur qu’a travers une fente, une déchirure.

Il y a de prime abord une dualité entre cette photo de couverture qui montre une femme désespérée et le titre qui est plein d’espoir, le lecteur est alors envahi d’une impatience inouïe pour ouvrir le livre et entrer dans l’histoire qu’il pressent écorchée vive et plonger dans cette mer inconnue.

Dès la première page on constate que le roman est dédié au poète chanteur compositeur Brahim Saci,  » A brahim Saci, pour la clairvoyance de son regard, pour sa poésie qui sait saisir l’essentiel, pour ses chansons toutes enrobées d’un humanisme serein et toujours en mouvement. » qui est comme une clé ouvrant une petite porte pour découvrir un peu plus ce roman. Puis l’auteur cite une phrase de Fernando Pessoa, « J’ai conquis, un petit pas après l’autre, le territoire intérieur qui était mien de naissance. J’ai réclamé, un petit espace après l’autre, J’ai accouché de mon être infini, mais j’ai dû m’arracher de moi-même au forceps. » comme pour nous donner une deuxième clé ouvrant une autre porte de compréhension pour mieux aborder le livre.

Nous découvrons une histoire tragique émouvante dans une Algérie déchirée qui se recherche. Les protagonistes sont tantôt perdus dans une société en effervescence où parfois la folie dicte ses lois, tantôt lucides pour panser ses blessures, se frayer un chemin et réinventer l’espoir. L’auteur dans une transfiguration de la réalité en allégorie de la critique d’une société algérienne extrêmement corrompue, une méthodologie stricte de l’observation, de la description, qui nous rappelle l’écriture d’Émile Zola.

Dans ces vives descriptions des inégalités sociales génératrices des passions les plus viles, à travers des personnages attachants que la misère ne plie pas, nous ne pouvons nous empêcher de penser à Honoré de Balzac tant le héros balzacien est un observateur révolté qui contemple impuissant. La forme narrative parfois hachée parfois fluide nous rappelle aussi par moments William Faulkner.

Ainsi l’héroïne Amina consciente de son impuissance mais ne baisse pas les bras, elle avance pour ne pas oublier, dans une Algérie qui cultive l’oubli de peur de se regarder dans le miroir.

Amina me fait penser à Nedjma de Kateb Yacine dans la transfiguration de l’Algérie tant elle témoigne d’une Algérie défigurée, meurtrie.

Brahim SACI

_____________________________________________________

SANDRA CARDOT, LE BONHEUR À TOUT PRIX – AFRIQUE DU NORD NEWS

25 Octobre 2018

 

Sandra Cardot, le bonheur à tout prix

Sandra Cardot, est une personne lumineuse que chacun devrait lire. Toujours souriante et joviale, toujours dans le don de soi, le partage et l’abandon, son simple regard vous fait aimer la vie.

Après son livre « En pleine conscience, itinéraire lucide vers le bonheur spirituel » publié aux éditions Michalon, dont on a beaucoup parlé, où elle nous éclaire sur les pouvoirs immenses cachés en nous et comment l’amour, l’empathie et la compassion arrivent comme par magie à les libérer, pour nous libérer, toujours pour le meilleur, améliorer notre vie, en parfaite communion avec les autres et le monde qui nous entoure, Sandra revient avec une nouvelle publication « Empathie et compassion ».

Sandra Cardot revient donc renforcer sa vision du monde avec une grande lucidité et une verve poétique qui semble inépuisable avec cette deuxième publication « Empathie et compassion » publiée aux éditions Michalon, qui est comme un rayon de soleil dans le paysage littéraire.

Sandra Cardot vient nous émerveiller avec ce livre pour le plaisir des lecteurs en quête de sens et de lumière, où lucide, perspicace et pédagogue elle nous ouvre les yeux sur le chemin du bonheur, de la spiritualité et nous donne des outils tels des clés pour ouvrir les portes conduisant à l’épanouissement personnel.

« Empathie et compassion » est un livre qui nous aide à respirer dans cette époque où tout va trop vite, où l’homme s’oublie, esclave de ses désirs entraînant derrière lui le chaos. Sandra Cardot nous offre la voie salvatrice de la spiritualité, de la méditation pour guérir le mental et redonner un souffle, un sens, aux esprits écorchés, aux cœurs torturés, qui portent le joug offert par le monde matériel.

Le monde tend à imposer le superflu et le non-sens, les ténèbres qu’il tisse voilent le vrai sens de la vie et notre raison d’être qui est d’être heureux, un bonheur que nous avons tous en nous même si l’éblouissement des lumières artificielles extérieures tend à nous le faire oublier.

Il faut beaucoup défricher, semer et aimer dans l’abandon, sans jamais rien attendre, c’est seulement là que peuvent commencer à apparaître des éclaircies dans le mauvais temps dont nous sommes le plus souvent responsables, et voir le chemin qui mène à la réalisation spirituelle en évitant les pièges de l’ego.

Sandra Cardot nous montre que notre plus grand ennemi est l’ego et nous donne des outils pour le combattre. Elle nous montre aussi combien tout ce qui est vivant est lié toujours pour célébrer la vie où tant de forces interréagissent dans l’amour et la compassion et qu’il est possible de changer nos comportements et nos réflexes hérités des générations qui nous ont précédées et d’aller vers l’amour absolu du vivant.

La nature est pleine d’enseignements pour ceux qui regardent avec le cœur loin des barrières, œillères, préjugés, terreur, inégalités, pauvreté, peurs et interdits que la société nous impose avec ses rois et ses vassaux pour pérenniser les forces obscures sous le règne du Veau d’Or afin de barrer la route à l’amour, au partage, à la compassion.

En nettoyant son cœur chaque jour, en souriant, en acceptant les événements de notre vie avec sérénité nous renforçons les forces positives qui participent à l’équilibre du monde, de la nature et de l’univers. Ce livre nous aide à mieux voir la vie, il nous montre comment aller vers l’essentiel, accepter ses peurs qu’engendrent les désirs pour pouvoir en sortir.

« Empathie et compassion » et « En pleine conscience, itinéraire lucide vers le bonheur spirituel » sont deux livres qui nous éclairent et nous ouvrent la voie vers la méditation pour une ascension spirituelle vers le langage libérateur du cœur.

Sandra Cardot nous apprend à nous libérer des ruses du mental et des pièges de l’ego, à cultiver le pardon pour retrouver l’équilibre enfoui au fond de chacun, en nous donnant des outils simples qui nous aideront au jour le jour à écarter les brumes du superflu qui viennent de l’extérieur.

Les livres de Sandra Cardot « Empathie et compassion » et « En pleine conscience, itinéraire lucide vers le bonheur spirituel » nous accompagnent comme une lumière bienfaitrice, éclairant notre quotidien, nous aidant à voir plus clair dans la nuit ou en plein jour, pour un éveil de la conscience tourné vers le cœur pour une élévation spirituelle et une plénitude intérieure, pour comprendre que l’amour, l’empathie, la compassion et le pardon sont les clés du bonheur.

 ________________________________________________

KATIA TOUAT, UNE POÉSIE QUI INTERPELLE LE CŒUR ET L’ESPRIT.

14 Novembre 2018

Katia Touat, une poésie qui interpelle le cœur et l’esprit

« Ijeɣlalen n tudert » est un magnifique recueil de poésie en langue kabyle de Katia Touat publié aux éditions Achab, disponible en Algérie.

En ouvrant le recueil, nous sommes de prime à bord éblouis par la beauté qui s’en dégage comme un baume apaisant pour supporter les tiraillements subis par la pensée afin d’en écarter les ombres pour plus d’éclaircies.

L’attention est tout de suite happée par la liberté du style poussée à son paroxysme comme pour mieux retenir le lecteur dans une tentative hâtive de réduire toute réticence et résistance du mental pour une libération du regard des contingences de la condition humaine. Sortir de la forme vers d’autres configurations et styles, dans une volonté d’attiser la curiosité de l’esprit pour une poésie sans cesse renouvelée.

Les vers s’articulent parfois empreints d’une grande mélancolie, mais sans exagération, car l’imaginaire kabyle rend tout cloisonnement et enfermement quasi impossibles. Une poésie moderne par sa musicalité et le rythme tirant sa force dans un décloisonnement de la pensée libérant l’esprit. Katia Touat ne s’accommode pas des influences et des représentations, curieuse et surmontant les difficultés, elle essaie d’aller au plus profond d’elle-même pour saisir les éléments nécessaires pour dépeindre avec bienveillance la complexité de l’existence.

Les poèmes se succèdent dans un jaillissement de lumière surprenant, magnifiant, élevant l’esthétique de cet art littéraire que cisèle Katia Touat avec la force du cœur. L’effort se précise avec dextérité dans un élan stylistique singulier et irrégulier qui à première vue peut paraître hyperbolique dans son expression.

Au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture du livre, une poésie profonde s’offre à nous parfois pour nous surprendre par un renouveau du genre et du style qui interpelle, bouscule, éclaire et élève l’esprit. Katia Touat sort des sentiers battus, elle ne se perd pas dans des descriptions et développements inutiles et superflus.

La langue kabyle est merveilleusement ciselée, travaillée, pour transfigurer les douleurs, les déchirures du cœur, de l’âme, dans un élan poétique bienveillant et salutaire.

Brahim SACI

___________________________________________________________

HISTOIRE DE KABYLIE, LE POINT DE VUE KABYLE», DE YOUCEF ZIREM.

31 octobre 2018

« Histoire de Kabylie » livre de Youcef Zirem

Histoire de Kabylie, le point de vue kabyle», de Youcef Zirem.

Une traversée de l’histoire de la Kabylie de l’antiquité à nos jours. 

«Histoire de Kabylie, le point de vue kabyle», de Youcef Zirem aux éditions Yoran Embanner, est un livre passionnant, si étonnant par la force de la narration qu’on s’y croirait. On peut dire que l’écrivain Youcef Zirem nous a surpris avec ce livre d’histoire écrit par un kabyle sur cette région d’Algérie habitée par les berbères kabyles depuis la préhistoire. Jusqu’ici nous étions habitués à voir des auteurs étrangers à notre culture écrire sur notre histoire.Youcef Zirem est le premier kabyle à écrire sur l’histoire de son peuple dont les origines remontent à la nuit des temps. Les Kabyles sont un peuple pacifique qui a fait de la liberté et de la poésie depuis des milliers d’années un art de vivre où les contes, les chants, font partie du quotidien. Le livre se présente comme un résumé condensé exhaustif de l’histoire de la Kabylie.

La couverture de la première édition du livre est un dessin représentant Si Mohand Ou Mhand, le célèbre poète kabyle de l’errance et de la révolte, de la confédération des Aït Iraten. Il est né entre 1840 et 1845 à Icheraiouen, à Larbaâ Nath Irathen, et mourut le 28 décembre 1906 à l’hôpital des Sœurs blanches, près de Michelet (Aïn- El-Hammam) il est enterré au cimetière de Tikorabin, Asqif Netmana (le portique de la sauvegarde), dans le coin réservé aux étrangers. Si Mohand Ou Mhand a marqué la deuxième moitié du 19ème siècle et le début du 20ème siècle.Si Mohand Ou Mhand a été poussé sur les routes après la destruction de son village par les français. Il n’accepta pas le nouvel ordre dicté par l’occupant refusant toute compromission avec la présence coloniale, il vécut en poète errant libre, égrainant des rimes, jamais soumis, maniant le verbe kabyle avec grand art, dénonçant le colonialisme et les travers de son temps.

Si Mohand Ou Mhand est entré dans la légende de son vivant comme ce fut le cas du poète chanteur kabyle Slimane Azem dans la deuxième moitié du 20ème siècle qui refusa toute compromission avec le pouvoir autoritaire de l’Algérie indépendante qui allait museler les libertés démocratiques et tenter d’effacer l’identité millénaire berbère. En fervent défenseur des libertés démocratiques et de son identité kabyle berbère occultée par l’Algérie indépendante, Slimane Azem fut contraint à l’exil. Il mourut en France en 1983.  La couverture de la réédition du livre est un dessin représentant l’héroïne guerrière kabyle Fadhma N’Soumer qui a résisté à la conquête française de 1849 à 1857. Elle est née en 1830 dans le village de Werja (Ouerdja), situé sur la route menant d’Aïn El Hemmam vers le col de Tirourda. Elle mena une résistance armée acharnée contre les Français. Le 27 juillet 1857, elle fut arrêtée au village Takhlicht Nath Atsou. Fadhma N’Soumer meurt en captivité en septembre 1863 à l’âge de 33 ans à Tablat. Ses cendres ont été transférées en 1994 à El Alia à Alger.

Il n’est pas aisé d’être le premier kabyle à écrire l’histoire de cette région et pourtant Youcef Zirem l’a fait avec le talent et la magie féconde pour nous captiver et nous émerveiller, dans un élan poétique de conteur, qu’ont seulement les plus grands écrivains. Les kabyles sont un peuple épris de liberté, véhiculant les plus hautes valeurs humaines, d’entraide, d’hospitalité, de démocratie, de droit d’asile, où la prison n’existe pas, où le fonctionnement du pouvoir ne génère aucun salaire. Les kabyles sont un peuple berbère constitué en tribus, en villages, en fédérations et confédérations. « Histoire de Kabylie » est donc une plongée dans l’histoire millénaire de cette partie d’Afrique du nord, la partie Algérienne, la Kabylie, à travers l’histoire si riche de cette Afrique du nord berbère. Le Kabyle a toujours défendu sa langue, sa culture et sa liberté depuis des millénaires. Cette terre africaine du soleil, de toutes les richesses, était très convoitée, les envahisseurs furent nombreux. Le peuple kabyle a résisté depuis des siècles aux différentes invasions, en préservant sa langue et sa culture qui sont toujours vivaces de nos jours. Il n’a jamais plié jusqu’à l’arrivé des français. Le kabyle qui a vécu en harmonie avec la nature qui l’entoure n’a pas résisté à la politique de la terre brûlée organisée par ceux-ci.

C’est vers l’an 1000 avant J-C, que les Phéniciens installent des comptoirs le long de la côte nord-africaine pour asseoir leur domination commerciale en méditerranée, s’accommodant avec les royaumes numides avant que les Romains en fins stratèges, concurrents militaires et commerciaux ne viennent à leur tour tenter d’imposer leur domination sur l’Afrique du Nord berbère. Les kabyles comme les autres peuples berbères ont résisté à leur pénétration. Mais la convoitise de cette Afrique du nord va grandissante et la Kabylie va subir d’autres invasions, les Vandales, les Byzantins, les Arabes, les Espagnols, les Turcs et les Français. Islamisés les kabyles vont participer à la fondation de plusieurs dynasties berbères musulmanes dont la dynastie des fatimides qui fonda le Caire en l’an 969.La domination turque n’a pas réussi à soumettre la Kabylie et les français ne viennent à bout de la résistance Kabyle qu’en 1872. «Lorsque la guerre d’Algérie éclate, la Kabylie est l’un des plus grands bastions de cette lutte pour la liberté. Mais une fois l’indépendance acquise, le régime d’Alger n’a de cesse de marginaliser cette région qui ne se laisse pas faire. La Kabylie se bat toujours pour ses valeurs, sa langue et sa culture.»Youcef Zirem traverse l’histoire avec élégance relatant avec finesse l’essentiel. On apprend aussi énormément sur l’histoire contemporaine de la Kabylie, de l’indépendance à nos jours. Si aujourd’hui l’obscurantisme tente de lui faire perdre ses repères, son esprit libre et démocratique, il n’y parviendra pas, car les kabyles sont conscients du danger et semblent vouloir prendre leur destin en main. La Vérité, la liberté en sortiront vainqueurs, la lumière effacera les oppresseurs. Youcef Zirem réussit un coup de génie pour un livre d’histoire, donner la parole à quelques intellectuels pour donner leur point de vue sur l’histoire de la Kabylie et réactualiser le livre en l’augmentant de plusieurs pages à chaque nouvelle réédition.

Brahim SACI

Le 31 octobre 2018

Le Matin d’Algérie
__________________________________________________________

UNE PENSÉE POUR LE GRAND CHANTEUR, COMPOSITEUR LOUNÈS LADJADJ DIT TILOUA.

Une pensée pour le grand chanteur, compositeur Lounès Ladjadj dit Tiloua.

Originaire du village Taourirt Moussa Ouamar il nous a quitté bien trop tôt, à l’âge de 40 ans, paix à son âme! ( 1932-1972 )

Lounès Ladjadj dit Tiloua chanteur poète compositeur chaabi kabyle, virtuose, qui a inspiré de nombreux chanteurs. Hélas, nombreux sont les chanteurs qui ont puisé et puisent encore dans son répertoire sans même le citer ! Il devient urgent de rassembler tout son répertoire.

Lounes Matoub parle de lui dans son livre Le Rebelle « Dans mon village, beaucoup de musiciens m’ont inspiré. Parmi eux, Tïloua, c’était un chanteur exceptionnel. Je l’écoutais souvent. il est mort jeune. » Né en 1932 il décède en 1972 à l’âge de 40 ans dans son village natal (Taourirt Moussa Ouamar).

Lounès Matoub l’admirait beaucoup, il n’a pas oublié que c’est Tiloua qui l’a fait monter sur scène pour la première fois au village à l’âge de 14 ou 15 ans.

Un grand merci à Amar Laoudi, Faty Sekhaine, et Hamid Ladjadj fils de Tiloua qui est la relève, un grand chanteur qui excelle dans l’art du chaabi, qui a fait le conservatoire, merci encore pour ces renseignements et ces photos.

Le chanteur Hamid Ladjadj fils de Tiloua

Le chanteur Hamid Ladjadj fils de Tiloua

14 MARS 2018

__________________________________ 

Une pensée pour mon ami le regretté Achour Badache, paix à son âme !

Mon grand ami Achour Badache était une grande âme qui s’en est allée bien trop tôt, le 23 juillet 2018 à l’âge de 52 ans. La nouvelle de sa mort survenue à Alger était tombée comme un couperet.


Je n’arrivais pas à y croire, nous devions manger ensemble à Azazga, il m’avait proposé de m’y rejoindre en voiture pour nous restaurer dans cette ville kabyle située à 135 km d’Alger, cette ville célèbre pour ses restaurants et son accueil légendaire.
La distance n’avait peu d’importance pour lui lorsqu’il s’agit de rejoindre un ami. J’ai rarement rencontré un homme aussi fidèle en amitié et à la parole donnée.


D’une mère française et d’un père kabyle, il était l’exemple même de la double culture.
Il maîtrisait admirablement la langue kabyle et était très attaché aux valeurs légendaires qu’elle véhicule. Il aimait la Kabylie, il aimait l’Algérie qu’il désirait plus que tout voir se démocratiser pour le bonheur du peuple algérien. Je sais qu’il aurait aimé assister au réveil de ce grand peuple, à toutes ces manifestations pacifiques saluées par le monde entier.


Achour Badache était plein d’amour, il aimait tant la vie. Toujours jovial, d’une immense générosité toujours prêt à rendre service, un grand homme de culture, un grand humaniste, un homme merveilleux qui nous manquera toujours.
 Achour Badache aimait les livres, les arts. Nous nous retrouvions souvent au café littéraire l’impondérable animé par Youcef Zirem. En compagnie de Youcef Zirem, nous partagions le verre de l’amitié, nous discutions avec joie du livre et nos échanges étaient à chaque fois des plus profonds et d’une grande portée littéraire.
Il aimait mes chansons, il avait tous mes livres ainsi que les livres de Youcef Zirem, Sa générosité était immense, il achetait un grand nombre d’exemplaires qu’il offrait toujours avec plaisir.


A chaque fois qu’il venait au café littéraire il achetait évidemment les livres de l’auteur invité et il ne manquait jamais de poser des questions pertinentes pour enrichir l’échange intellectuel toujours avec douceur et gentillesse sans jamais froisser l’invité mais au contraire encourageant toujours.
Il a aidé beaucoup de jeunes artistes en difficulté tant il aimait l’art avec cette volonté majestueuse de vouloir toujours aider. Toujours prêt à rendre service.
Il me parlait souvent de sa famille, de ses enfants qu’il aimait tant qu’il était impatient de voir grandir. Malheureusement le destin en a décidé autrement.

Que dieu tout puissant t’accueille dans son vaste paradis.
Sur terre tu étais un exemple, tu portais en toi les plus hautes valeurs humaines, l’amour des autres, la solidarité, l’entraide, la générosité, donner sans rien attendre en retour en digne héritier de la sagesse et des valeurs nobles kabyles d’antan.

Une pensée pour mon ami le regretté Achour Badache

16 Avril 2019

_____________________________________________

Une pensée pour le poète Meziane El Djouzi qui nous a quitté le 21 mars 2019 à 68 ans, paix à son âme.

Mon ami le poète Meziane El Djouzi nous laisse un grand vide, il était un homme généreux, humaniste, il nous manquera toujours. Il aimait les livres, il savait combien la lecture éclaire, nourrissant le cœur et l’esprit.

Meziane El Djouzi aimait les livres, il était un fidèle lecteur de mes poésies et des romans de mon ami Youcef Zirem. N’habitant pas Paris, je me souviens qu’il était venu de la campagne spécialement pour nous rencontrer et a affectueusement insisté pour nous inviter Youcef Zirem et moi à dîner à Paris.  Un soir, nous nous sommes retrouvés avec joie dans un restaurant kabyle célèbre au 85 rue de Buzenval dans le XXè arrondissement de Paris, autour d’un bon couscous kabyle. Je me souviens combien nos échanges culturels, autour des livres, de la poésie, étaient élevés et enrichissants.

Il nous parla de l’Algérie, de la Kabylie avec beaucoup d’émotion et de nostalgie. Il nous confia combien la guerre d’Algérie a marqué son enfance. Mais même s’il a quitté l’Algérie enfant, il resta très attaché à la Kabylie, il maîtrisait d’ailleurs parfaitement la langue kabyle.

Il est venu plusieurs fois assister au café littéraire de l’Impondérable qu’anime mon ami l’écrivain poète journaliste Youcef Zirem tous les dimanches au 320 rue des Pyrénées dans le 20ème arrondissement de Paris. IL était à chaque fois très enthousiasmé, heureux, transporté par les échanges entre les auteurs et le public. Il n’hésitait pas en homme de lettres, éclairé, soucieux d’apporter quelques choses, de poser des questions enrichissantes en toute convivialité aux auteurs invités. Les discussions continuaient chaleureusement autour d’un verre qu’il aimait offrir généreusement, jusqu’au bout de la nuit.

 Je garde le souvenir d’un homme jovial, sensible, cultivé, généreux. IL aimait la vie, les amis, le partage.IL avait lui même une belle plume avec une âme de poète, je l’avais encouragé à maintes reprises à publier ses écrits. Il est parti hélas bien trop tôt.

 Meziane El Djouzi fut un poète humble, un homme bon proche de tous, il continue à vivre dans la mémoire de ceux qui l’ont connu.

Brahim SACI

22 Mars 2020

________________________________________________

Une pensée pour l’homme de culture Chérif Messaouden, paix à son âme.

Tu étais un grand homme de culture, un grand militant, un homme généreux qui connaissait la valeur de l’amitié, tu nous as quittés le 18 avril 2010 bien trop tôt, des suites d’une longue maladie, à l’âge de 44 ans.Chérif Messaouden a dirigé le Cercle culturel  Igelfan de la commune de Bouzeguene, le premier novembre 2004 il lança le journal  » Echos de Bouzeguene », une publication culturelle d’ouverture dans la perspective enrichissante de débats démocratiques. Il avait écrit « Notre association fait sienne cette citation de Saint-Exupéry, celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit ». 

Chérif Messaouden réalisa en 2008 un documentaire  » Mémoire d’un boycott », où il revient sur  la grève du cartable 1994/1995.

En effet en 1994, le MCB (mouvement culturel berbère appelle à la grève du cartable pour la reconnaissance officielle de la langue berbère, (tamazight), pour qu’elle soit enseignée dans les écoles et les universités. Il dit à propos de son documentaire, « Lors du boycott scolaire qui avait été lancé par le mouvement culturel berbère (MCB) pour la reconnaissance officielle de la langue tamazight et son introduction dans l’enseignement de l’école à l’université, j’ai participé à plusieurs manifestations pendant cette période de « dissidence scolaire » de l’année 1994/1995. Beaucoup d’encre a coulé. C’est pour mieux comprendre cette épopée à inscrire à l’actif du long combat pour l’amazighité que j’ai décidé de porter un regard critique de la réalité vécue de cette période avec toute la liberté et tout le recul nécessaire à travers l’image. » Le centre culturel de Bouzeguene que tu  as dirigé en tant que directeur rayonnait. Je n’oublierais jamais ce jour de 2007 où tu m’as accompagné à radio Soummam.Il y avait avec nous un autre grand ami, le journaliste Salem Hammoum, une belle plume, un des rares esprits libres du journalisme algérien, qui t’a rejoint dans l’éternité à l’âge de 65 ans le 21 septembre 2015, lui aussi des suites d’une grande maladie, paix à son âme. 

Cette journée reste gravée dans mon âme. Toi et Salem, vous avez laissé un grand vide, j’ai perdu deux grands amis mais vous restez vivants dans ma mémoire. J’ai chaque jour une pensée pour vous. Tant de souvenirs s’entrechoquent dans ma tête, à chaque fois que je venais en vacances en Algérie, nous nous retrouvions souvent avec Salem Hammoum à Azazga, cette ville de Kabylie chaleureuse, célèbre pour ces restaurants. 

 Attablés dans un de ces bons restaurants, autour d’un bon plat nous échangions des idées culturelles, des réflexions. Nous sortions toujours de là heureux, l’esprit plus éclairé, enrichi, l’amitié agrandie. Peu de temps avant ta disparition tragique, je t’avais parlé du docteur Aziz Saibi, un chercheur libre, pluridisciplinaire, un grand homme de culture, un grand militant de la cause berbère, que j’ai bien connu à Paris, originaire de Houra, le chercheur qui a émis l’hypothèse selon laquelle la langue berbère serait

la mère des langues, qui nous a quitté le 16 juillet 2006 à l’âge de 56 ans, lui aussi des suites d’une longue maladie, paix à son âme.Tu m’avais proposé de lui rendre hommage avec le centre culturel de Bouzeguene, en associant Houra son village natal et les départements de recherche linguistique de l’université de Tizi-ouzou et de l’université de Bgayet.  

Mais le sort s’est acharné, le destin en a décidé autrement, tu es parti prématurément, sans avoir pu réaliser ce projet. 

 Brahim SACI

22 Avril 2020

________________________________________________

Une pensée pour l’ingénieur homme de culture Kaci AZEM

Une pensée pour l’ingénieur homme de culture Kaci AZEM

 Kaci Azem nous a quittés prématurément le 15 décembre 2019 à l’âge de 60 ans, paix à son âme. Il est décédé accidentellement, en tombant d’un olivier dans son champ, dans son village Agouni Gueghrane en Kabylie. Triste destin que celui de cet ingénieur, érudit, homme de culture, aimé de tous, ouvert sur le monde.

Une disparition tragique qui laisse sans voix, plongeant une famille, un village, ses proches et tous ceux qui l’ont connu dans la douleur et l’incompréhension. Je me souviendrais toujours de nos échanges amicaux, fraternels, éclairés,

sur les réseaux sociaux et par mails. Je garde en mémoire le souvenir d’un homme attentif, cultivé, d’une grande sagesse, d’une grande générosité, curiosité, à l’écoute de tous, de sa société et du monde.

Kaci Azem était d’un optimisme naturel orné d’une grande bonté, d’un esprit élevé, plein d’espoir, confiant en un avenir meilleur.

Nous échangions souvent sur les réseaux sociaux, des idées, des réflexions, nous évoquions souvent  le légendaire Slimane Azem, dont nous partagions l’admiration.

Un jour je lui avais demandé s’il pouvait prendre quelques photos de la maison  natale de Slimane Azem ainsi que des  terres familiales, il a accepté avec joie. Quelques temps après, il a eu la gentillesse de m’envoyer quelques photos.  

Le 23 novembre 2019, soit vingt-deux jours avant sa disparition tragique, il publia sur facebook :

(L’heure est-elle écrite, peut-on la fuir ce soir à Samarcande? Puis il cita Le poète mystique persan Farid ud-Dîn Attar (1140-1230).

(Il y avait une fois, dans Bagdad, un Calife et son Vizir. Un jour, le Vizir arriva devant le Calife, pâle et tremblant :«

Pardonne mon épouvante, Lumière des Croyants, mais devant le Palais une femme m’a heurté dans la foule. Je me suis retourné et cette femme au teint pâle, aux cheveux sombres, à la gorge voilée par une écharpe rouge était la Mort. En me voyant, elle a fait un geste vers moi. Puisque la mort me cherche ici, Seigneur, permets-moi de fuir me cacher loin d’ici, à Samarcande. En me hâtant, j’y serai avant ce soir »

Sur quoi il s’éloigna au grand galop de son cheval et disparu dans un nuage de poussière vers Samarcande. Le Calife sortit alors de son Palais et lui aussi rencontra la Mort. Il lui demanda :« Pourquoi avoir effrayé mon Vizir qui est jeune et bien-portant ? »

– Et la Mort répondit :

« Je n’ai pas voulu l’effrayer, mais en le voyant dans Bagdad, j’ai eu un geste de surprise, car je l’attends ce soir à Samarcande »).

Kaci Azem nous invite à la réflexion et à la méditation par cette pensée à la portée mystique et philosophique qui interpelle le coeur et l’esprit humain, comme pour nous rendre meilleurs. La nouvelle de sa mort tragique est tombée comme un couperet.

Nous n’oublierons jamais cet homme, cultivé, au sourire plein de bonté, aimé de tous.

 Brahim SACI

Le 09 mai 2020

 _____________________________________________